accueil > articles > zooms > VA

publié par benoît, gab, Mélanie Fazi, morgan le 07/01/13
2012 en chansons
2012 en chansons

Parce qu’un petit croquis (ou une petite playlist) vaut mieux qu’un long discours, les matelots vous donnent à entendre les chansons qui les ont fait vibrer tout au long de l’année.


Asteroid Galaxy Tour (The) - Heart attack

OVNI musical usant et abusant d’instruments vintage et de hooks empruntés à la dance music, Asteroid Galaxy Tour et sa géniale chanteuse en mini-short, en hiver c’est juste un énorme rayon de soleil qui tire la langue à la grisaille ambiante , y a pas à réfléchir, on y a va premier degré et on se bouge la tête -les fesses - tout le corps. (rayez la mention inutile)

Lire la chronique de l’album, voir la session

Amanda Palmer - Trout heart replica

Sans hésiter l’un des plus beaux moments d’émotion de l’année, avec son motif circulaire au piano, son texte poignant et ses accents lyriques qui vous prennent à la gorge..

>Lire la chronique de l’album, voir la session

Amanda Palmer - Grown Man City

Certes moins aguicheur que les tubesques et efficaces « Do it with a rockstar » et « Killing Type » ; il se dégage beaucoup de ce titre aux accents nocturnes, voir gainsbourien (en espérant ne pas froisser les experts en la matière).

>Lire la chronique de l’albumvoir la session

Anais Mitchell - Young Man In America

Titre ​éponyme de l’album de l’americaine. Percutant, le riff n’est pas sorcier mais fait très vite écho dans nos têtes. Et lorsque sa voix se mèle, en harmonie, à celle de Justin Vernon (Bon Iver), ou que les clarinettes, trompettes et flûtes se rencontrent pour le final, on fond complètement devant le talent évident d’Anais.

Andrew Bird - Orpheo looks back

​Hybride de folk américain et de musique celtique, c’est la pièce de résistance du premier album de Bird en 2012. Car l’insatiable oiseau a remis le couvert à l’automne. Pourvu qu’il garde le rythme en 2013.

Angus Stone - Only A Woman

Le choix n’était pas simple tellement l’album est riche. Finalement on craque pour cette balade folk-rock aux teintes 70’s et Youngiennes, et que l’on s’empresse de voir live pour voir les mecs s’éclater à jamer à coups de solos de guitares saturés.

>voir la session

Bat for Lashes - Laura

​On pourra taxer çà et là Natasha Khan d’opportunisme (elle cherche visiblement le tube avec All your gold calqué sur "Somebody that I used to know" de Gotye), elle fait néanmoins mouche avec ce splendide "Laura", perdu au milieu d’un album finalement assez quelconque.

Beth Jeans Houghton & The Hooves of destiny - Liliputt

Cette anglaise que l’on n’avait pas vu venir nous gratifie d’un album d’une fraîcheur et d’une inventivité irrésistibles. 

Boy - Little numbers

L’effet boule-de-Boy est en marche. En chewing-gum dans le métro, en musique de pub à la télé, bientôt en liant musical sur M6, l’imparable "Little numbers" fait son petit bonhomme chemin. Pourquoi n’est-on pas surpris ?

>Lire la chronique de l’album, voir la session, voir une série de photos et une autre

Cat Power - Cherokee

Elle est de retour à son meilleur niveau et elle va tout casser ! Chan Marshall y laisse sa santé mais elle nous offre un album audacieux et décapant à l’image de ce "Cherokee" salvateur.

>Lire la chronique de l’album et la carguétude-comparative

Choir of Young Believers - Paint New Horrors

La "pop progressive" des danois fait mouche sur ce morceau, moins sur le reste de l’album.

Dear Neighbour - Leave tonight

​Un duo suédois sans prétention, léger comme un nuage. 

Dominique A. - Close west

Au sommet de son art après 20 ans de carrière, Dominique A. livre à la fois l’album de l’année 2012, son meilleur disque à ce jour et même un bouquin passionnant. De là à en faire l’homme de l’année il n’y a pas loin. Impressionnant.

>Lire la chronique de l’album, celle du livre, voir une série de photos et une deuxième et une petite dernière

Earlimart - Shame

Grandaddy c’était un groupe mais autour il y avait une sorte de grande famille dont fait partie Earlimart, aka Aaron Espinoza & Ariana Murray (plus les amis qui passent). Leur musique rappelle un peu la regrettée formation de Jason Lyttle, dans une déclinaison pop très classieuse sur System Preferences, leur dernier album en date.

Edward Barrow - The black tree

Nous avons tourné un bon moment autour du premier album d’Edward Barrow sans trouver les mots pour le chroniquer, tant sa musique se dérobe aux définitions hâtives. Mais nous tenions, pour réparer ce manquement, à vous faire entendre ce « Black Tree » élégiaque, imprégné d’une splendide mélancolie.

Evening Hymns - Arrows

Il y avait déjà « Family Tree » et « You And Jake », c’est finalement « Arrows » qui frappe en plein coeur, de part ses percus entêtantes qui nous accompagnent tout du long, auxquelles viennent se mêler crescendo, les voix atmosphériques de Jonas et Sylvie, ainsi que tout une floppé d’instruments arrangés au couteau. Une impression constante d’ascension aussi bien musicale que spirituelle, au service des mots et de la symbolique de l’album. Encore un bijou folk forgé par l’orfèvre Jonas Bonetta.

>voir la session puis l’after de L’Espace B dans la rue

Ewert And The Two Dragons - The Rabbit

Simple mais drôlement efficace. Une percussion excellente ponctuée du cliquetis d’une pièce de monnaie, couplée à un riff de guitare lumineux, et aux choeurs du groupe. Une des nombreuses perles de cet excellent album du groupe originaire d’Estonie.

Fiona Apple - Hot knife

Atypique sur cet album comme dans la discographie de Fiona Apple, un épatant numéro d’équilibrisme où la voix démultipliée ricoche et rebondit avec un bonne humeur contagieuse.

>Lire la chronique de l’album

Flip Grater - I am gone

Tout n’est pas renversant chez Flip Grater mais ce "I am gone" possède toutes les qualités sensuelles et musicales pour en faire un de nos morceaux de l’année 2012. Dont acte.

>Lire la chronique de l’album et la carguétude-comparative, voir la session

Françoiz Breut - Michka Soka

La musique de Françoiz Breut faisait déjà merveille dans le registre de la demi-teinte et de la mélancolie. On n’imaginait pas qu’un de ses albums serait un jour porteur d’une telle euphorie. Preuve en est ce joli « Michka Soka » à la rythmique sautillante et au refrain entêtant.

>Voir la session, lire la chronique de l’album

Gaspard LaNuit - Le fossé

La Trêve, quatrième album de Gaspard LaNuit, évolue dans cette zone floue entre rock et chanson française où œuvrent certains des artistes les plus intéressants du moment. Textes littéraires sur fond de guitares saturées, belle énergie sur scène, et en extrait ce « Fossé » qui est peut-être le titre le plus touchant de l’album, et celui qui nous parle le plus immédiatement.

Glen Hansard - The song of good hope

Voilà une chanson très spéciale pour Le Cargo !, Glen nous en a offert une très belle version en session, avant la sortie de son album et depuis on ne s’en lasse pas.

Glen Hansard - Philander

Un album fort attendu, et dont Philander fut le premier single. Une chanson où se mêlent différentes ambiances, d’abord tout en tension et en suspendue, faisant ensuite place à plus de légèreté avant de reprendre sur des montées orchestrales avec des cordes incroyables. Un morceau où le blues et la soul music ne cessent de fleurter. Coup de foudre immédiat. Au fait la photographie du clip est magnifique !

>Voir la session

Institut - Les pensions de retraite

La bonne nouvelle de l’année, Emma est mort (depuis un bon moment, d’accord), vive Institut. Surtout s’ils continuent à nous livrer des disques aussi singuliers que ce "Ils étaient tombés amoureux instantanément". Jugez-en par vous mêmes avec l’excellent "les pensions de retraite".

>Lire la chronique de l’album, voir la session

Joseph Arthur - Travel As Equals

Excellente ouverture de l’album Redemption City, qui met bien la patate avec un phrasé presque hip hop, et une musique très arrangée, sans déplaire, à la fois aérienne et entrainante. Le Joseph Arthur qu’on aime.

>Voir la session

Liesa Van der Aa - Low man’s land

Comment isoler une chanson du sublime patchwork qu’est Troops, et surtout, comment n’en isoler qu’une, tant l’album dans son ensemble possède la dimension visuelle et la cohérence d’une musique de film ? Puisqu’il ne faut en choisir qu’un, ce sera « Low Man’s Land », avec sa chorale ivre et son ambiance à la Tom Waits, qui nous a convaincus dès la première écoute qu’on tenait là un album vraiment hors norme.

>Lire la chronique de l’album, voir la session

Lou Doillon - Defiant

On peut en penser ce qu’on veut, l’album surmédiatisé de Lou Doillon a bel et bien créé la surprise de l’automne 2012, et pas que côté people. Certes le chant est un peu forcé mais l’ensemble tient étonnamment bien la route à l’image de ce "Defiant" qui n’a à rougir de rien.

>Lire la chronique de l’album et la carguétude-comparative

Lùisa - The Wolf (Living Room Recording)

Frissonnant et envoûtant. Un morceau ingénieux qui démontre tout le talent de la jeune allemande originaire d’Hambourg qui assurait les premières parties de Mina Tindle et Daughter outre rhin. On vous recommande également vivement l’album qui vient de paraître "One Youth Ago", surtout si vous aimez les voix blues féminines comme celles de The Rodeo.

Matthew E. White - Big love

Une soul tendue et obsédante qui sonne instantanément comme un classique.

Melody’s Echo Chamber - I Follow you

On avait repéré Melody dans son précédent projet, My Bee’s Garden, le talent dans l’écriture et la voix y étaient... mais il manquait un petit quelque chose... Il semblerait qu’elle l’ait finalement trouvé, sous la forme d’un Kevin Parker (Tame Impala), qui a réalisé et joué sur tout l’album. Le résultat est un son très marqué vintage/psychédélique, des compos pop très sucrées, très denses, survolées par la jolie voix de Melody. Parfois c’est un peu too much mais à petites doses, c’est un péché mignon assez imparable pour redonne des couleurs à sa journée.

Maud Lübeck - Mon amourenboîte

« Mon amourenboîte » ouvre l’album La Fabrique tout en douceur : celle de la voix, de la mélodie, des accords de guitare. Mais comme souvent dans l’univers tout en chausse-trappes de Maud Lübeck, les apparences sont trompeuses et les mots se parent de sens multiples. Cette « boîte en bois pleine de toi » recèle un double fond cachant des choses autrement plus noires.

>Voir la session, lire la chronique de l’album et l’interview

Mina Tindle - Too loud

On aura mis un peu de temps mais ça y est, une grande majorité des cargoteurs est désormais sous le charme. Artiste féminine de l’année du Cargo à n’en pas douter (ne serait-ce qu’en nombre d’articles), "Too loud" nous dit-elle, il semble pourtant qu’on n’en parlera/photographiera/filmera jamais assez.

> Lire la chronique de l’album, lires les compte-rendus de concerts à Faye-d’Anjou et au Trianon (Paris), voir les série de photos à la maroquinerie (Paris), au privat club (Berlin), au Trianon (Paris) pour les répétitions, les loges et le concert, et enfin au comet club (Berlin)

Nada Surf - When I was young

Nada Surf qui fait du Nada Surf ça fait toujours beaucoup de bien par où ça passe. Rien de révolutionnaire donc dans l’univers du groupe mais un très beau single et l’album de haute volée qui va avec. De quoi aisément combler le fan de base.

> Lire la chronique de l’album

Robi - On ne meurt plus d’amour

Nous avions découvert cette chanson en version acoustique en session, nous la retrouvons totalement transformée dans sa version studio. Refrain obsédant, textes qui font mouche, sonorités glaciales et percutantes : tout l’univers de Robi, déjà indispensable, est concentré là, en attendant la sortie imminente du splendide album L’hiver et la joie.

>Voir la session et l’interview

Sharon Van Etten - In Line

Un des nombreux bijoux de cet excellent et incontournable album de Sharon Van Etten. Une ballade rock saturée à tomber.

>Voir la session

Sophie hunger - Can you see me ?

Une des grosses déceptions de l’année, Sophie Hunger a du mal à trouver ses marques sur album ce qui n’empêche nullement quelques très beaux morceaux d’éclore comme ce "Can you see me ?"

> Lire la chronique de l’album

Stuck in the sound - Brother

Stuck in the sound trouve enfin son rythme et son déhanché en élargissant son champ d’influences de façon conséquente. Sommet de l’album dès le premier morceau avec un "Brother" qui s’en va déterrer à la guitare un Michael Jackson très très surpris d’être là. Et ça, c’est loin d’être donné à tout le monde.

Lire la chronique de l’album

Susanne Sundfør - The Silicon Veil

​Compositions riches, arrangements inventifs, voix extraordinaire (et qui ne se dégonfle pas en live) : la norvégienne n’en finit plus de nous bluffer. 

The lightnin 3 - The safety dance

Avec le dynamisme de pompom girls faisant tremper des reprises exotiques dans une sauce rnb vintage, The lightnin 3 (Brisa Roché, Ndidi O., Rosemary "Moriarty" Standley) se lance à l’assaut de nos oreilles de façon totalement décomplexée et festive. Idéal pour réanimer vos réveillons de fin d’année.

> Lire la chronique de l’album

The Rodeo - Cold Heart

Avec son dernier EP, Dorothée prend complètement à contre-pied ceux qui l’auraient rangée un peu vite dans la case "folk" : à la première écoute, on se dit "hum ... c’est pop dis donc.... hum ... ç’est quoi ces cuivres ???", à la deuxième on adore et on regrette juste qu’il ne dure pas plus longtemps ce passage avec les cuivres et puis surtout le refrain de ce Cold Heart on se le chante dans la tête, encore et encore et encore et encore....

The Tallest Man on Earth - 1904

Comme si Bob Dylan s’était retiré au fond d’une forêt suédoise.

Therapy ? - Marlow

T ?, c’est un rendez-vous qu’on se donne tous les deux ou trois ans depuis... les années 90 et le succès de Troublegum qu’ils n’ont pas réussi à reproduire ensuite à la même échelle mais peu importe, tous les deux ou trois ans, on a droit à un brûlot de rock/métal avec le plus gros son de guitare du monde et un sens mélodique qui n’a fait que se bonifier depuis Nowhere. La cuvée 2012 reste fidèle à cette tradition et en plus d’une bonne rasade de riffs plombés, on y apprécie de trouver les morceaux de T ? les plus aventureux depuis bien longtemps dont ce Marlow bien barré mais qui ne se perd pas non plus en route.

The Wooden Sky - I’m Your Man

Une ballade rock typique du groupe Canadien, mais qui tire son épingle du jeu sur ce dernier album avec ces montées et solos de guitares saturées.

Thousand - The Fall

Un morceau qui claque, mais alors qui claque encore 10 fois plus en live !!!

Two Door Cinema Club - Next Year

Dans l’histoire de la poule et de l’oeuf et des groupes qui jouent des riffs syncopés en son clair sur guitare Fender, on ne tranchera pas sur qui est venu en premier, Two Door Cinema Club figure dans cette liste, parce qu’ils le font mieux que leurs petits copains sur disque, qu’ils ont un vraiment bon chanteur et que le disque en question montre qu’ils sont capables d’élargir leurs horizons.

Vera Vinter - Flora

On défend cette suédoise du grand nord depuis ses récents débuts. Elle pourrait bien tenir un tube avec ce Flora enlevé et entêtant.

Woodlands - Move forward

Le plus prometteur des nouveaux groupes suédois, mené par la charismatique Sara Wilson (soeur de Jenny Wilson)

Partager :

publié par le 07/01/13
Derniers commentaires
dpc - le 07/01/13 à 12:57
avatar

Mais dites donc ?? Elle est classée avec les pieds, cette liste !! :)