accueil > articles > zooms > Ma sélection de (...)

publié par Mathilde Vohy le 24/04/20
Ma sélection de 5 podcasts non-musicaux #2 -

A l’heure du confinement, pour éviter de rester scotchés devant nos écrans, il existe multitudes d’autres activités à faire chez soi. Parmi vous se cachent des accros à la musique, ce pourquoi nous vous avions d’abord présenté nos podcasts musicaux préférés fin mars. Et si on s’attaquait maintenant à ceux qui abordent d’autres sujets ?

La Poudre

Produit par Nouvelles Ecoutes, La Poudre est un des podcasts de référence sur les questions de féminisme. Le concept est le suivant : deux fois par mois, la journaliste et militante Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, qu’elle soit artiste, activiste ou politique. Pendant une heure, les deux femmes retracent le parcours de l’invitée en abordant notamment son rapport au corps, au regard extérieur, à la sexualité ou à la maternité. Quelque soit l’origine et la profession de l’invitée, les conversations sont toujours intimes et profondes. Bien qu’elle traite de questions personnelles et parfois délicates, Lauren Bastide réussit toujours à mettre auditeurs.rices et convives à l’aise afin de connaître réellement les convictions féministes de chacun.e. Fervant.e miliant.e ou simple curieux.se, La Poudre s’adresse à tous.

L’épisode qui m’a marquée  : le #55 dans lequel Chris explique le lien entre l’acceptation de soi et la création artistique

A bientôt de te revoir

On passe à un tout autre registre ! Ou du moins, à une autre manière de réfléchir à des sujets de société. Aux premiers abords, A bientôt de te revoir, ça ressemble à un podcast humoristique. Il n’y a pas de doute, ça l’est. Le concept : Sophie-Marie Larrouy, comédienne, humoriste, journaliste, scénariste, écrivaine et plus globalement, personne rendant intéressant tout ce à quoi elle touche, invite des gens qu’elle trouve sympathiques dans son canap’. Jusque là, on pourrait être en train de décrire une banale interview. Sauf qu’en fait, A bientôt de te revoir c’est davantage une contre-soirée dans la cuisine qu’un exercice de presse. Plutôt que d’aborder l’actualité de son invité.e, SML préfère débattre sur la manière de ranger un coffre de voiture ou la fréquence à laquelle changer ses draps. L’authenticité et l’honnêteté des protagonistes rendent les échanges hilarants. On rigole à chaque épisode mais pas que. Le rire et la simplicité permettent aussi et surtout aux invité.e.s de sortir de leur carcan et de montrer davantage qui ils sont en dehors de l’espace médiatique traditionnel.

L’épisode qui m’a marquée : le #16 dans lequel Benoît Hamon, qui se demandait au début où il avait mis les pieds, finit par rentrer dans le jeu de SML et par débattre sur des sujets totalement incongrus.

Les Pieds sur Terre

Un classique pour tous les amateurs de podcasts ! Sur France Culture, depuis 16 ans et du lundi au vendredi de 13h30 à 14h, un thème est choisi et développé via une, deux ou trois histoires vraies. Ces dernières sont racontées à la première personne par les concerné.e.s et nourries d’éléments de reportage. Produits par Sonia Kronlund, et inspirés de l’émission de radio américaine This American Life, les Pieds sur Terre sont une réelle matérialisation de ce qu’est la curiosité. Que la parole soit donnée à des couples qui ne fonctionnent plus ou à des étudiants américains oeuvrant pour la campagne de Donald Trump, nous sommes à chaque fois complètement immergés et découvrons des groupes sociaux qui nous étaient plus ou moins étrangers. On ne s’en lasse jamais !

L’épisode qui m’a marquée : « Ceux qui ont vu l’ours », qui raconte comment la rencontre d’un ours a profondément bouleversé la vie de trois humains.

Intime et Politique

Retour aux questions de féminisme. Dans cette émission également produite par Nouvelles Ecoutes nous retrouvons la très inspirante Lauren Bastide, mais cette fois-ci en tant que productrice. Elle laisse la parole à d’autres réalisateurs·rices venant présenter des documentaires sonores de 4 à 6 heures. Ces derniers décortiquent et analysent, le long de 10 épisodes, les racines des discriminations sexistes et des stéréotypes de genre. Deux documentaires sont pour l’instant sortis : « Juste Avant », dans lequel Ovidie questionne la façon dont on éduque une adolescente quand on est mère et féministe et « La Politique des putes » avec lequel Océan tend le micro à des travailleuses·rs du sexe pour faire tomber les préjugés. Pour chaque épisode, un travail exceptionnel de définition, documentation et démocratisation est fait. Intime et politique, c’est une émission qui s’écoute dans le calme et les oreilles grandes ouvertes si on veut en saisir toutes les subtilités.

L’épisode qui m’a marquée : #1 du documentaire « Juste Avant » dans lequel Ovidie fait face au paradoxe de vouloir que sa fille de 14 ans s’habille comme elle le souhaite mais de prendre peur quand elle la voit quitter la maison en mini-short.

Les Gens qui Doutent

Et on finit, non pas par une chanson d’Anne Sylvestre mais bien par un cinquième podcast. Certainement moins connue que les quatre précédentes, Les Gens qui Doutent est une émission pourtant tout aussi touchante et humaine. A sa tête, Fanny Ruwet, que vous avez certainement déjà croisée sur les planches d’un théâtre parisien, sur France Inter ou encore sur La Vague Parallèle. N’étant visiblement pas assez occupée et cherchant une excuse pour interviewer les gens qu’elle admirait, la chroniqueuse et humoriste belge a créé le podcast Les Gens qui Doutent. De quoi ça parle ? De deux artistes qui se rencontrent pour parler des incertitudes et du stress de leur métier ou de leurs interrogations quant à l’avenir, entre autres. L’angle du doute permet de reconsidérer l’image qu’on se fait de nombreux invité.e.s et fait de chaque épisode un moment doux et poignant.

L’épisode qui m’a marquée : #8 avec Marine Baousson dans lequel les deux artistes discutent notamment de la difficulté de leur métier, où rien n’est jamais acquis et où les bas sont très bas et les hauts sont très hauts.

Partager :

publié par le 24/04/20