accueil > articles > lives > Yom & The Wonder

publié par Emmanuelle Nemoz le 02/01/19
Yom & The Wonder Rabbis - La Cigale, Paris - 06/12/2018
La Cigale, Paris

Yom n’a pas de limites, du moins s’agissant des genres musicaux qu’il explore avec bonheur au fil de ses envies de clarinettiste : du klezmer traditionnel au classique et à la musique sacrée, de l’electro au jazz en passant par le punk rock, et jusqu’au duo clarinette-voix Lingua Ignota inspiré par les créations d’Hildegarde de Bingen, il en est à son onzième album en quinze ans (y compris une compilation !).

Après un premier album, With Love, sorti en 2011, Yom revient au son explosif des Wonder Rabbis pour YOU WILL NEVER DIE !, avec pour le présenter au public une soirée en forme de “rave géante” (dixit Yom) à La Cigale, pour clôturer le festival Jazz’n’Klezmer.

Et le plancher de la vénérable salle, transformé en dance floor, a vibré sur les rythmes électriques des Wonder Rabbis (Guillaume Magne à la guitare, Léo Jassef aux claviers, Sylvain Daniel à la basse et Matthieu Penot à la batterie) illuminés par les clarinettes klezmer, turques et moyen-orientales en mode survolté mais tout en émotion de Yom, dans une ambiance clubbing hantée par les sculptures spectrales de Jim Skull (également auteur du crâne en couverture de l’album).

YOU WILL NEVER DIE ! continuant à creuser le sillon entamé par With Love, les morceaux issus des deux albums se donnent la réplique pour faire monter la transe, avec en contrepoint les interventions de trois invités, distillées à bon escient dans le set : tout d’abord Wang Li, l’ami virtuose des guimbardes, avec lequel Yom a signé l’album Green Apocalypse, pour un duo aérien et méditatif, “Vegetal Love”, puis le guitariste Giani Caserotto (de Cabaret Contemporain), qui avait assuré en solo la première partie de la soirée, avec ses impros electro totalement en phase avec l’univers des Wonder Rabbis, et enfin Aurélien Naffrichoux, venu offrir une escapade du côté des musiques américaines, thème d’un autre album de Yom, Song for the Old Man.

Après un “Picnic à Tchernobyl”, un road trip (hop, mais survitaminé) sur la “Highway to Constantinople” et un “Rêve de l’Enfant”, il faut se rendre à l’évidence : le voyage au coeur de la fusion nucléaire musicale réalisée Yom & The Wonder Rabbis est terminé pour ce soir, et on n’a qu’une envie : continuer la “Dance of the Earth” avec eux et leur dire “You Will Never Die !”.

Partager :

publié par le 02/01/19