accueil > articles > lives > the frank & (...)

publié par Renaud de Foville le 21/03/05
the frank & walters - Boule noire, Paris - 27/09/1999
Boule noire, Paris

police montée

1992. festival des inrockuptibles. tout le monde venait pour p.j harvey - ce que personne n’a regretté d’ailleurs - mais pour commencer la soirée on a eu le droit à un groupe de cork, quasiment inconnu à l’époque (leur premier album venait tout juste de sortir, ou allait sortir je ne sais plus) : les frank & walters. trois types arrivent sur scène, torses nus, avec des chapeaux de la police montée canadienne sur la tête. en trois quart d’heure le public est passé de gentiment attentif à complètement déchaîné. toute la cigale était en folie, du pogo et du stage diving à tout va. une ambiance rare pour un concert génial. 1999. les frank & walters n’avaient pas joué à paris depuis sept ans, quelques dates en province, un passage au festival de saint malo par exemple, mais pas de concert parisien. de gros problèmes avec leur ancienne maison de disque, un départ pour new york et enfin un troisième album, beauty becomes more than life, une petite merveille.

pré-concert

c’est donc avec curiosité et envie que l’on était à la boule noire pour ce retour de nos trois irlandais... mais, comme l’album sorti dans l’indifférence quasi générale, ce concert était loin d’attirer les foules, à peine une quarantaine de personnes à l’ouverture des portes - je vous raconte pas l’ambiance pré-concert, c’est quand même assez étrange d’arriver devant une salle de concert devant laquelle personne n’attend, à part le videur qui vous dit de revenir plus tard ! il y avait juste un peu plus du double pour le début du concert. et pourtant quel concert... un démarrage calme, tout en douceur. ils ont quand même un peu vieilli, la salle reste calme même si on s’aperçoit vite qu’une bonne partie du public connaît les paroles de toutes les chansons par cœur et que beaucoup d’irlandais de paris sont là aussi ce soir...

comme des fous

mais c’est vrai qu’une salle au tiers plein c’est une ambiance un peu froide et qu’il faut le moral pour faire bouger tout ça... mais ce n’est pas ce qui manque à paul, niall et ashley. dès que le groupe joue les morceaux les plus connus du premier album ( "fashion crisis", "this is not a song"...) l’ambiance change, certains se mettent à danser, à chanter, à crier pour finir sur les dernières chansons par pogoter comme des fous... on ose même pas imaginer ce qu’aurait pu donner ce concert dans un elysée montmartre complet... personne ne s’en remettrait. paul chante mieux que jamais posant parfaitement sa voix sur des morceaux pas toujours évident, les morceaux du nouvel album sont des vrais petites merveilles et même si le son est un peu trop fort - bien que très bien mixé, en dehors des larsens sur "plenty times", merveilleuse chanson qui ouvre le troisième album - les frank & walters accompagnés d’une très jolie clavier nous offre une soirée à l’image de leurs chansons généreuse, fraîche, colorée, drôle et énergique - il faut entendre les versions live du génial "time we said goodnight", de "stop" ou "castaway" pour ne parler que des nouvelles.

torse nu

paul finira quand même vite torse nu, heureux d’être là, souriant et riant avec son groupe... a tel point que l’on a même eu le droit à un vrai rappel, pas celui prévu pour faire plaisir, non, non. la salle rallumée le public en voulait encore et ils sont revenus - ça fait un peu mystique annoncé comme ça mais c’est vrai que cela fait tout de même vraiment plaisir. nous on était aux anges, admiratifs et se demandant toujours pourquoi ces mecs ne sont pas plus reconnus, pour leur pop imparable et émouvante, pourquoi leur musique n’est pas plus connue que celles de certains groupes, parfois sans intérêt, qui remplissent des salles beaucoup plus grandes... un vrai mystère !

grand risque

c’est vrai que la maison de disque n’a pas franchement mis le paquet sur eux et que comme toujours, à deux trois exceptions près, les radios ne jouent pas leur rôle... franchement beauty becomes more than life regorge de pépites et de petites merveilles accrocheuses et ce n’est pas prendre un grand risque que de faire écouter des morceaux comme "until the end", "plenty times" ou "time we said goodnight" à un large public. en partant ashley le batteur du groupe nous a dit qu’ils devaient revenir en janvier pour une vraie tournée en france. surtout - même si le prix du billet est, comme pour la boule noire, un peu trop élevé pour attirer du monde - n’hésitez pas une seconde courez voir les frank & walters, on aimerait tellement qu’ils aient le succès que leur musique, leur gentillesse et leur générosité méritent.

Partager :

publié par le 21/03/05