accueil > articles > séries > The 100

publié par Mickaël Adamadorassy le 02/06/14
The 100 - Saison 1 (Ep 01-08)
Saison 1 (Ep 01-08)

Un nouvel espoir

Les séries de science-fiction c’est une denrée suffisamment rare pour que l’accro au genre ait le coeur qui bat un peu plus vite quand une petite nouvelle pointe le bout de son pilote et tout de suite se pose la question : va-t’on avoir droit à un chef d’oeuvre à la Battlestar Galactica, lent au démarrage mais qui prend au fur et à mesure une vraie dimension épique et mystique, ou à une bouse avec deux ou trois idées intéressantes mais dont la mécanique boiteuse s’écroulera vite sous le poids des incohérences, laissant au spectateur avec l’impression qu’on insulte son intelligence (Terra Nova [2011] ou le début de Revolution [2012]) ?

Avant d’aller plus loin, on peut déjà répondre à cette question : en fait c’est un peu des deux.

Post-apo et grand ados

The 100 est l’adaptation par the CW, la chaîne de Gossip Girls et de Vampire Diaries d’un roman récent du même nom. L’histoire se déroule dans un futur proche où la Terre a été rendue totalement inhabitable par une guerre nucléaire, à laquelle seuls ont pu échapper les 400 résidents des douze stations spatiales en orbite autour de la planète. Ils ont regroupé leurs installations pour forme l’Arche, le dernier refuge d’une humanité comptant environ 4000 personnes, dirigé par un chancelier et un conseil élus qui ont pouvoir de vie ou de mort, soumises à des lois très strictes censées garantir la survie de l’espèce jusqu’à un hypothétique retour sur Terre.

Malgré la tendance du pouvoir en place à se débarrasser des opposants en les balançant dans le vide (ce qui dans le jargon local se traduit un délicieux euphémisme, to float someone), ce plan ne semble pas si mauvais sauf qu’en fait il y a une panne dans le système de renouvellement de l’air qui condamne toute la station à la mort dans quelques mois, si on ne prend pas des mesures radicales.

Donc acte et l’idée géniale des dirigeants est d’envoyer 100 délinquants juvéniles en éclaireurs sur Terre dans l’espoir que la planète soit redevenue habitable.

Free party

Oui... nous aussi on est restés un peu sceptiques sur la crédibilité du plan : si le but est de sauver la race humaine et qu’on estime le risque élevé, pourquoi envoyer 100 spécimens en bonne santé ayant pour la plupart commis quelques bêtises d’ados ? Si on estime que la Terre est peut être habitable, pourquoi ne pas envoyer une petite équipe de scientifiques et de gens mieux préparés à la survie ? Voir un drone...

En fait, il ne faut pas trop chercher : le livre dont la série est tirée se classe dans la catégorie littérature pour ados et les networks ont dans l’idée que le summum pour ce public c’est une joyeuse bande de bad boys(&girls) libérés de l’autorité parentale voir de toute contrainte sociale sur une Terre qui évidemment est habitable et ressemble presque à un paradis.

Alors c’est la fête voir l’orgie jusqu’à que la planète montre ses dangers, un monstre aquatique par là, une brume toxique par ici et puis surtout les grounders.

Les Autres

Et oui... notre joyeuse bande n’est pas toute seule sur cette Terre nouvelle, d’autres ont survécu, se sont adaptés et ils défendent férocement leur territoire. Ce qui transforme vite la grande teuf des débuts en massacre et paradoxalement va pousser à la création d’une forme de société avec tout ce que cela implique de luttes de pouvoir et choix difficiles... enfin sauf qu’en gros on a le camp des gentils et celui des méchants...

Sa majesté des mouches

A ma droite, la blonde Clarke, une fille qui en a (des principes... et des couilles aussi, figurativement), avec elle Finn, le gentil rebelle, Monty et Jasper, les gentils geeks, à ma gauche Bellamy, dont on apprend vite qu’il a essayé d’exécuter le big boss de l’arche juste avant le départ et qui va donc tout faire pour éviter l’arrivée du reste des survivants, pour se faire il va s’appuer sur les spécimens les plus brutaux que comptent les 100 qui comme lui n’ont aucun intérêt à voir le retour de l’autorité.

Cette opposition très manichéenne aurait pu être très vite ennuyeuse mais la survie et les tensions qu’elle impose sur un groupe d’humains qui a perdu ses normes sociales font que les lignes de démarcation deviennent très vite floues. Clarke réalise très vite qu’elle doit parfois rallier les positions de son ennemi quitte à accepter l’inacceptable. Et Bellamy se révèle être plus complexe qu’au premier abord voir presque aussi "mickey" que la bande des gentils (mais rassurez-vous les filles il reste beau et ténébreux quand même). Et finalement de l’antagonisme, nos leaders junior en arrivent souvent à l’accord cordial.

Là Haut

Et pendant ce temps dans la station que se passe t’il ? beaucoup de politique et la découverte que Bellamy n’était que l’homme de main dans la tentative de meutre du chancellier. C’est un peu désespérant pour l’humanité d’imaginer que même au bord de l’extinction, elle persiste à être son pire ennemi mais si the 100 a joué un peu de facilité pour mettre en place son "pitch", la suite est au contraire logique et intéressante voir un peu prévisible...

Ce qui n’empêche nullement la série d’être agréable à regarder, les personnages sont attachants, Clarke en tête, on a envie de voir comment les personnages vont gérées les dilemmes qui les attendent, de découvrir quels autres secrets la Terre peut renfermer. Les liens qui les unissent se développent très vite, le poids des décisions se fait lui aussi sentir alors que le danger se fait plus pressant.

The 100 n’invente rien dans l’univers de la SF et ne s’aventure pas trop loin sur une quelconque voie philosophique ou métaphysique mais finalement c’est tant mieux, on préfère que les auteurs nous laissent discuter le bout de gras plutôt que de s’essayer à de la symbolique foireuse.

Vous remarquerez aussi en voyant les images qui illustrent cet article que chez les 100, on a tendance à avoir de belles tablettes de chocolat et de très jolis minois sauf si on a été casté comme le "geek" de la bande, on échappe malheureusement pas aux codes lancés par Twilight mais bon cet aspect "formel" n’affecte pas le fond de ce qui est une très honnête série de SF qui s’améliore de semaine en semaine.

P.-S.

La série a déjà été renouvellée pour une deuxième saison... ouf !

Partager :

publié par le 02/06/14
Informations

Sortie : 2014
Label : The CW