accueil > articles > albums > stuck in the sound

publié par gab le 28/04/08
stuck in the sound
- nevermind the living dead
nevermind the living dead

Mixy tiens-toi bien, voici venu le moment tant attendu d’une nouvelle chronique de Stuck in the sound, le groupe qui se la pète et pas qu’en anglais (cf chronique). Ne voyez dans ce constat aucune acrimonie mal placée, quoi de plus naturel pour un groupe en « the » qu’une bonne arrogance juvénile finalement. Comment ? Ce n’est pas un groupe en « ze » ? Franchement ils devraient vu la musique et l’état d’esprit qu’ils pratiquent. Un point de comparaison ? Prenez un groupe français de base, bien constipé vis-à-vis de ses homologues anglo-saxons. Bon, outre qu’il fait trois fois sur quatre une musique plutôt chiante, le groupe bien sous tous rapports, pour peu que vous lui chroniquiez un bout de concert et un pauvre ep, le groupe prévenant, disais-je, vous enverra sans faillir son nouvel album avec des fleurs avant sa sortie dans l’espoir avoué d’ajouter une chronique pas trop mauvaise à sa besace (on ne sait pas trop ce qu’il en fait ensuite ceci dit). Alors que le groupe qui se la pète pas qu’en anglais, lui, bénéficiant déjà de quelques chroniques dithyrambiques dans vos colonnes (qui au passage font de vous, pauvre rédacteur, la risée de vos camarades de navigation), se dit que ça suffit bien finalement et privilégiera des contacts plus prestigieux qu’un petit webzine de seconde zone. Quoi de plus normal me direz-vous ?

option

Certes. Mais voila, plus d’un an après la sortie du disque en question, alors que le groupe s’apprête à faire une série de concerts sur Paris et que le webzine développe des sessions vidéos qui trouvent une certaine audience, voila que ce dernier redevient relativement intéressant et, ô surprise, on nous propose l’envoi de l’album et si possible la réalisation d’une session dans la foulée. Nous, bon public (on sert aussi à ça), on se dit pourquoi pas, une session acoustique des larrons, ça aurait de la gueule. Mais problème, l’intermédiaire est pressé, les concerts sont dans deux ou trois semaines et, pour peu qu’on précise qu’il s’agirait d’une session acoustique plutôt minimaliste, inopinément la ligne internet s’effrite, le correspondant passant sans doute dans un tunnel ... pas de nouvelles depuis, c’était début novembre 2007, même pas un petit « finalement vu les conditions, ce sera pas trop notre truc ». La grande classe quoi. Et le pire dans l’histoire c’est que ça leur va à merveille ! avec leurs « see you later ... motherfucker ». Une belle morgue comme on n’en voit que très/trop rarement en France, un chant et une attitude sans aucun complexes vis-à-vis de l’anglais et des britons (et dieu sait s’ils s’y connaissent en arrogance ceux-là), des morceaux réjouissants avec option on-saute-partout livrée de base, tout y est et pour le meilleur. Car, oui, « et le fond dans tout ça ? » me direz-vous à juste titre.

questionite

Alors depuis le temps j’ai perdu mes notes mais en accéléré et en questions :

Que penser d’un groupe qui s’en va faire des suçons appuyés aux Pixies dans la foulée de leur tournée aussi mondiale que triomphale ? (des Pixies, la tournée, suivez un peu)

Que penser d’un groupe qui s’en va chercher les deux meilleurs morceaux de son précédent et introuvable album pour gonfler avantageusement sa set-list de tueries sauvages ? ("I shot my friend" et "Delicious dog")

Que penser d’un groupe qui écrit un succès interplanétaire ("Toyboy") et se débrouille pour 1/ perdre le concours cqfd des inrocks avec et 2/ ne pas faire tomber en pamoison la planète (of sound) entière à ses pieds ?

Que penser d’un groupe qui non content de se pixieser fait aussi du pied aux meilleurs morceaux de Radio 4 ? ("Cramp push and take it easy")

Que penser d’un groupe qui commence une chanson à la Cure et la termine à la Arcade fire ? ("Waste")

Que penser de cette putain de voix de « motherfucker » justement ?

Que penser d’un groupe qui réussit presque l’adaptation parfaite sur album de son ep, avec bien sur le plus que jamais excellent "Toyboy", une étonnante orientalisation de "Third eyed girl", un "I travel the world" impeccable, mais qui se prend les pieds au dernier moment dans la moquette et accélère trop le pourtant tubesque à la base "Never on the radio" ?

Que penser d’un chroniqueur qui se laisse aller à la questionite aigue alors qu’il s’est récemment refait une cure de spectacles de son idole aussi inatteignable que desprogienne ? Idole à juste titre célébrée ces temps-ci.

Que penser enfin d’un groupe qui invite comme ça The rodeo sur son dernier morceau ("You ain’t for me") pour motherfûcker copieusement son auditoire ? The rodeo qui, soit dit en passant, ne se fait pas prier pour venir faire une session chez nous, elle, mais je dis ça, je dis rien ...

malin

Que penser donc de tout ceci ? Eh bien, beaucoup de bien justement. C’est chargé en références, ça parait fourre-tout décrit comme ça, mais c’est toujours fait très intelligemment, avec le bon feeling et la bonne dose d’humour qui font qu’on pardonnera tous les excès et qu’on en redemandera même. En résumé c’est malin, intuitif, un peu insaisissable (à l’image du jouissif "It’s (friday)") et ça fait du bien par où ça passe. Que demande le peuple ? Ce qui nous amène à la dernière question pour la route : comment se fait-il que ce groupe qui a tout pour lui (ou presque) ne fasse pas plus parler de lui que ça ? Mystère ... et boules d’arrogommes.

kiss

Bon, sinon on ne désespère pas de les avoir en session cargo un de ces jours et en attendant, on ne va pas se laisser aller, on n’a d’ailleurs que l’embarras du choix avec les passages parisiens successifs au début de l’été de Kiss et de ZZTop. Parfait pour le cargo ça. ça les fera p’t’être venir, les Stuck in ze* sound.

* finalement on en a trouvé un, de « ze » ... on le savait bien ...

Partager :

publié par le 28/04/08
Derniers commentaires
vinciane - le 28/04/08 à 13:55
avatar

le gab est rancunier.
mais il a la rancune belle et élogieuse.
faut le faire. ^^

gab - le 30/04/08 à 00:01

wep ... c’est "qui aime bien chatie bien" l’expression non ?

Informations

Sortie : 2006