accueil > articles > zooms > Sleater-Kinney

publié par gab le 31/10/17
Sleater-Kinney - Collection automne/hiver 2017
Collection automne/hiver 2017

L’hiver est là et, changement d’heure oblige, votre pharmacien vous abreuve de pilules vitaminées, votre médecin vous conseille la luminothérapie et votre psy vient de doubler votre dose de psychotropes. Il est temps de réagir et de vous tourner vers des solutions efficaces pour changer. La prescription : une bonne grosse dose de Sleater-Kinney. A consommer sans modération.

Et pourquoi pas après tout. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’actualité qu’il ne faut pas se faire du bien et rebooster ses petites cellules fatiguées. D’autant qu’en cherchant bien, on peut en trouver une d’actualité. Tenez, pas plus tard que la semaine dernière en parcourant des bacs de disques, je suis tombé sur un ensemble de rééditions des albums du groupe. Bon, vu la fréquence à laquelle je parcoure les bacs, ça peut bien être l’actu d’il y a 2 ans, mais on va faire comme si.

De réaliser au passage que la discographie de Sleater-Kinney est bien plus fournie que je ne le pensais. Je savais qu’il me manquait The hot rock (une absence réparée sur le champ - et quel pied de découvrir encore des morceaux de la trempe de "Start together" -) mais je découvre que Dig me out était en réalité leur 3e album et qu’il y a un disque entre All hands on the bad one et The woods. Chouette, encore plein de nouveaux morceaux à se mettre sous la dent.

Mais ce n’est pas tout. Il y a bien une nouveauté, un album Live in Paris. Et en attendant de s’y plonger quoi de mieux qu’un petit tour sur YouTube au p’tit déj pour voir ce qu’il se fait de beau au niveau clip et/ou concerts. Un petit "Jumpers" (sans doute leur meilleur morceau tous disques confondus) pour se réveiller et puis on se lance sur un concert intégral sur la tournée No cities to love (2015) qui confirme tout le bien qu’on pensait de ce disque et me permet de découvrir Sleater-Kinney sur scène. Et ça claque méchamment. Plutôt que de grands discours, on va vous laisser en juger par vous-mêmes.

Un joyeux automne/hiver à tous !

Partager :

publié par le 31/10/17