accueil > articles > albums > Seth Avett + Jessica

publié par gab le 17/03/15
Seth Avett + Jessica Lea Mayfield
- Sing Elliott Smith
Sing Elliott Smith

Mais quelle bonne idée ! Quelle heureuse inspiration ont eue Seth Avett et Jessica Lea Mayfield le jour où ils ont décidé de faire un album de reprises d’Elliott Smith. Pas qu’on soit particulièrement friands de ce genre d’album hommage, loin de là, mais le résultat est ici tellement à la hauteur que ç’aurait quand même été dommage de passer à côté. Si vous avez le moindre doute, le premier morceau "Between the bars" devrait vous convaincre. Tout y est, guitare limpide, chant féminin qui vous va droit au cœur, les chœurs masculins en contrepoint. C’est magnifique, tout simplement.

réhabilitation

Et s’il commence par l’ultra-classique morceau d’Either/or, l’album navigue avec justesse entre les différents disques d’Elliott Smith et différents niveaux de notoriété (ou alors c’est juste mon peu d’attrait pour From a basement on the hill qui fait que je connais moins ces morceaux-là). Côté feeling et orchestration, c’est pratiquement un sans-faute. Pas d’inhibition au pied de la montagne, morceaux à la guitare simple, morceaux avec cordes en soutien, morceau avec tension et instruments rock (un excellent "Roman candle" totalement transformé), c’est varié, c’est juste, c’est bon. Seul bémol, un petit raté sur "Somebody that I used to know" avec des chants et cordes légèrement en désaccord avec la guitare. Mais c’est très vite oublié. Et si on ne s’ennuie pas une seconde avec cette alternance de chant principal / chœurs entre monsieur et madame, il faut bien avouer qu’on fond plus particulièrement pour le chant de Jessica Lea Mayfield. C’est sans hésiter sa présence vocale qui transforme un joli projet en véritable coup de cœur. Ajoutez à cela la réhabilitation (en ce qui me concerne) de quatre très beaux morceaux de From a basement on the hill qui dans ce format d’intimité et de douceur prennent toute leur saveur (s’il faut n’en choisir qu’un ce serait le superbement déchirant "Twilight") et la magie opère.

vivants

Malgré nous on se prend à rêver un peu. Et si tous les disques hommages étaient comme celui-ci, à la fois respectueux de l’original et réalisés sans arrières pensées (ni envie de trop bien faire ou de trop mal faire). Des disques pleinement vivants, d’une existence propre, indépendante. Et s’ils avaient tous des voix qui nous parlent autant. Et si ce n’était que pour les groupes ou artistes qu’on adore. Oui, bon, eh bien ce serait quand même vachement bien.

Partager :

publié par le 17/03/15
Informations

Sortie : 2015

Liens