accueil > vidéos > découvertes > Les découvertes (...)

publié par Renaud de Foville le 15/11/20
Les découvertes du dimanche #6 : Phaon - Bromham - Sophia Djebel Rose - SomElse - The Crumble Factory

Phaon - Esbroufe

On pourrait se retrouver sur une piste de danse, ou ce qui arrive plus souvent sur le Cargo ! au milieu d’une salle plein à craquer, les corps se touchant, se frottant, dansant, dans le noir clairsemé d’éclairs de lumières. Oui, on pourrait. Oui on aimerait au son de ce morceau de Phaon.

Bromham - A House Is Not A Home

Et puis au petit matin, après avoir dansé toute la nuit, on irait voir le soleil se lever. Sur un paysage urbain, sur une plaine, au bord de la mer. N’importe. On irait avec quelques amis, combattant la fatigue, puisant dans ce qu’il reste de notre énergie, pour partager ce moment. On irait en écoutant ce A House Is Not A Home qui nous donnerait envie de nous poser. De ne rien dire, juste profiter de ce moment. Magique.

Sophia Djebel Rose - Nénufar

A un moment il faudra bien reprendre des forces. Se laisser gagner par le sommeil, se laisser envahir par nos rêves. On s’allongerait. Sur cette plage, sur cette plaine, sur un banc dans un parc. La douceur du soleil levant nous caressant comme ce superbe Nénufar de Sophia. On se laisserait bercer par cette douce mélodie, par cette voix belle comme un souffle du vent dans le désert.

SomElse - Final Taste

Et nos forces reviennent. L’énergie, l’envie, le sourire aux lèvres, les regards de nos amis, les rires. L’envie de vivre et de partager, de marcher tous ensemble, sans but précis, sans autre but que d’être ensemble. Sans autre envie que de vivre l’instant présent en écoutant le superbe et printanier morceau de SomElse.

The Crumble Factory - Golden Green

Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Nous remontons dans notre voiture. La nuit tombe. Les fenêtres ouvertes laissent s’échapper les guitares puissantes de ce Golden Green. Un morceau comme des montagnes russes. Qui vous donnent parfois envie de danser en se déhanchant à la cool un cocktail à la main, comme de sauter d’une scène au milieu d’un public déchaîné.

La nuit n’est pas fini et c’est très bien ainsi.

Partager :