accueil > articles > zooms > Jason Van Gulick

publié par luvan le 10/02/15
Jason Van Gulick - Bruxelles est un chou #2
Bruxelles est un chou #2

« Bruxelles est un chou » : une rubrique défrichant ce que Bruxelles fait pousser de mieux en termes de musique. De l’émergent, du sang frais, du volontairement confidentiel... C’est vert façon alien, c’est différent, c’est délicieux, c’est quoi ?

Bruxelles est un chou #2 : Jason Van Gulick

Aujourd’hui, c’est Tympani Set, projet solo du batteur, percussionniste et compositeur Jason Van Gulick.

Tympani Set, c’est une improbable réconciliation.

Où l’aigu produit du grave. Et dans le creux de la cymbale gît le plein. L’anecdotique devient béton ; le détail, architecture monumentale. Et inversement.

On nage en pleine confusion élémentaire. Le métallique, invoqué façon apprenti Thor triturant du tonnerre, devient poisseux. Et l’organique rugueux comme la géode.

Mais s’il y a fourragement, recherche, fouille archéo-pata-zoologique par harmoniques et résonances, on n’est pas pour autant dans l’essence. L’écoute de Jason Van Gulick produit un déplacement saugrenu, suivi d’un recentrage.

On pense se perdre, mais on se trouve. Tout ce qui fait le primate – par frottements, coups, caresses et palpitations – se détache comme une peau morte... et redevient primate – par geignements, cris et plaintes. La mue ne persiste pas. La chrysalide non plus. Rien ne se perd, tout se transpose.

Jeu d’échos aux règles ancestrales, ses battements, finement agencés à la frontière entre retenue et surgissement, tiennent d’un miracle de mécanique quantique.

On touche rarement autant à la vibration. On lui découvre des formes. On la palpe. Le son survenu existe alors avec l’évidence d’une source. On se dit « on avait juste besoin du sourcier ».

Comme le piolet du géologue achoppe le cristal, Jason Van Gulick impose un son achronique et autophage, condamné à sa propre perpétuation.

Unground Part One (excerpts) : "La Nuit Occulte", Théatre de Liège, Belgium from nadine hilbert on Vimeo.

Jason Van Gulick en quelques lignes

Depuis ses débuts à la batterie en 1996, Jason Van Gulick s’est construit un bagage musical hétéroclite. Issu du rock, du hardcore, du rock extrême et du post-métal, il a transité par l’improvisation et a trouvé ses marques dans l’expérimentation et la musique contemporaine. Il travaille depuis 2011 à l’élaboration de plusieurs solos et expérimente autour de la batterie et des percussions. À travers ses projets, il suit des chemins tracés par Fritz Hauser, Lê Quhan Ninh ou Chris Corsano et affirme sa place de percussionniste et de musicien à part entière. L’exploration de l’espace par la diffusion du son et la mise en scène du musicien par rapport au public, sont devenus des thèmes récurant dans ses projets. Ses études en architecture et sa formation aux techniques du spectacle lui permettant de nourrir et mettre en place son travail artistique.

Rendez-lui visite sur son blog ou écoutez-le sur Bandcamp.

Photo : Jeff Humbert

Partager :

publié par le 10/02/15