accueil > articles > albums > Jain

publié par gab le 06/04/16
Jain
- Zanaka
Zanaka

Nom de Dieu on l’a échappé belle ! Il s’en est même fallu de très peu. Il faut dire qu’il y a quelques jours je m’étais mis en tête de réaliser ma chronique de l’album de Jain sur l’air de "La femme d’Hector" de tonton Georges. Une chronique en forme de chanson, classe non ? Bon, au moment de faire rimer « ce filou d’Elton Jane » avec « la Ja-Ja-Jain », je me suis dit que finalement peut-être pas. Il faut savoir laisser de côté même les meilleures idées. Ce sera pour une autre fois.

jaune

En attendant on peut quand même causer un brin de ce disque, tout jaune, tout frais, de la nouvelle Lorde française. Jain donc. Découverte pour ma part aux Victoires de la musique (j’ai depuis longtemps laissé mon snobisme au vestiaire) coincée entre le pot de fleur Louane et la très (trop) eighties Jeanne Added, et c’était mémorable, rafraichissant, intrigant. Voilà une jeune femme visiblement de retour d’Afrique avec une seule robe dans son armoire, à mi-chemin entre une déesse à 100 bras hindoue et une frêle pervenche (ç’aurait plu à tonton Georges), et qui se paye le luxe d’avoir en stock un single imparable ("Come") qui s’écoute en boucle, boucle, boucle. Une superbe prestation au final qui rentabilise à elle seule la soirée (eh oui, même Dominique A. était en petite forme).

capital

Evidemment on ne tarde pas à s’intéresser au disque et à l’univers de Jain. Pour son premier disque, c’est assez amusant, elle tombe dans les mêmes travers un peu répétitifs que Lorde justement avec un disque qui peine à s’imposer sur la distance. Ceci dit, pour un premier album, c’est quand même super bien maîtrisé et emballant. On retrouve bien sur les rythmes et scansions africains. C’est dynamique, hypnotique et donne envie de danser. Mieux, c’est de son époque et taillé pour marcher. D’ailleurs Jain maîtrise le marketing à merveille de son uniforme bien sage à la pub Sosh en passant par la Nouvelle Star (eh oui, après les Victoires de la musique, on peut bien Nouvelle-Joey-Starrer), Jain est bien partie pour nous la faire « à la Cocoon » et squatter les jingles et intermittences musicales pendant quelques mois. Et elle arrive à faire tout ça sans même émousser son capital sympathie (qu’elle a fort développé). Cette fille ira loin.

victoires

Pas comme un certain chroniqueur cargotien qui n’a pas pu aligner deux strophes même à moitié potables (mon fait d’armes aura été de faire rimer Louane avec cellophane, on a ses petites victoires personnelles), comme quoi n’est pas Brassens qui veut. Bon, en même temps, on s’en doutait un peu.

 

Partager :

publié par le 06/04/16
Informations

Sortie : 2015