accueil > vidéos > sessions > Idriss el Mehdi

publié par Renaud de Foville le 05/07/13
Idriss el Mehdi - Session #525

Dès que l’on sort de Paris on trouve tout loin. Encore une fois c’est le cas, c’est loin, le matériel est lourd et il fait chaud. Allez aussi loin pour se retrouver dans un grand studio impersonnel c’est quand même une drôle d’idée. Voilà un bon état d’esprit pour commencer la session. En arrivant en plein milieu des répétitions de Idriss et ses musiciens pour le concert à venir, on sent que la session n’est pas la priorité du moment... Légère hésitation entre électrique et acoustique, on pousse un peu pour la seconde solution bien souvent plus intéressante. Le groupe se pose autour d’une petite table basse, dans un coin du grand studio. La mise en place est compliquée. Beaucoup d’instruments, très différents. Quand vous avez plusieurs percussions qui prennent le dessus il faut faire attention à ne pas perdre le guembri, l’instrument de Idriss, au milieu de tout cela. Le groupe en profite pour se caler, répéter. L’atmosphère commence à changer avec les premières notes, les regards, les beaux sourires, les blagues. On sent que quelque chose se passe dans ce studio de la banlieue parisienne. Pour ce premier morceau Wild Bird, Minino Garay passe devant la porte du studio. Idriss l’invite, insiste et lui propose de participer à la session, à l’improviste. Juste un morceau. Entre amis. Le génial percussionniste argentin se pose dans un coin et accompagne Idriss et ses musiciens pour un morceau qu’il n’a jamais joué. Le moment est magique, parfait. Oublié les mauvaises ondes qui nous accompagnaient en arrivant. Il ne reste que la musique, les rires, la complicité entre tous ses musiciens, la son unique du guembri et l’envie de prolonger ce moment. A tel point que le groupe se demande comment caser un ou deux morceaux en acoustiques durant le concert à venir et que nous on en profite pour glisser une invitation à notre fête de la musique. Idriss viendra, seul et mettra le feu pendant quelques minutes comme nous en avons peu vu un 21 juin.

Wild Bird

Guembaia

Un immense merci à Astrid, Idriss, Minino et tous les musiciens.

Images : Renaud de Foville

Partager :

Derniers commentaires
Idriss El Mehdi - le 06/07/13 à 15:19
avatar

Et un immense merci à toi Renaud et au Cargo de partager ces moments avec nous !
Peace
iem