accueil > articles > albums > goo goo blown (le

publié par terant le 05/03/01
goo goo blown (le bonhomme)
- subaquachaotik warriors ep
subaquachaotik warriors ep

trous humides

des jeunes groupes français qu’il nous ait donné d’entendre, il est toujours difficile de déceler celui qui est méritant. celui sur lequel il faut s’attarder, qui ne s’adonne pas à la resucée de l’overground, qui a un goût immodéré pour les bonnes choses, qui ne se permet aucun faux pas malgré un répertoire somme toute limitée, des moyens restreints, trop d’idées en tête. du coup on pourrait s’attarder sur des groupes sûrement moins méritants en espérant que de parler d’eux les fera connaître aussi maladroite soit notre démarche. et finalement parmi les petites productions qu’on reçoit un matin au hasard d’un mail échangé, force est de constater qu’on a que des méritants dont goo goo blown (le bonhomme) prend la tête. si ce groupe n’est pas énorme sous peu, on peut se dire que le mauvais goût aura vraiment tout rongé. un morceau comme "subaquachaotik warriors" est le genre de tube anglophone à vous faire rentrer jj72, starsailor, feeder, stereophonics dans leurs trous humides de grande-bretagne. toutes ces nouvelles sensations ne méritent même pas leur quart d’heure de gloire, une pop-song de 3 minutes suffit.

quart d’heure

le quart d’heure de gloire qu’on aimerait amener dure ici 24 minutes et c’est encore trop peu pour savourer pleinement les pleins talents d’une formation encore naissante. le morceau phare malgré un accent franchisant s’offre une orchestration rarement aussi appréciable depuis l’album de venus, une énergie brute aussi franche que sur pablo honey du radiohead. cependant ces quelques références s’éclipsent bien vite devant la puissance des compositions. aussi uniques que leur titre, ce power-rock culmine sur les futurs classiques que sont "daisy soup & pork breast" et l’inquiétant "i’ve got my own private killing company for assisted suicides (corporate and national death yard)" . deux morceaux à faire tomber toute oreille normalement constituée. on attendra pas l’album pour s’assurer du talent de ces jeunes gens, ces 5 titres d’un troisième maxi méritent de s’installer entre gomez et grandaddy.

Partager :

publié par le 05/03/01
Informations

Sortie : 2001
Label : autoproduction