accueil > articles > albums > Final Fantasy

publié par Mickaël Adamadorassy le 10/08/06
Final Fantasy
- He Poos Clouds
He Poos Clouds

Final Fantasy, bin y a un album de cela, Has A Good Home de son petit nom, je vous aurais fait l’affront de vous expliquer qu’on ne parle pas ici de la fantastique série de jeux vidéo de squaresoft mais du fantasque Owen Pallet qui officiait à l’époque en temps que chanteur et guitariste des mouches : ça vous dit rien ? moi non plus ! mmm Arcade Fire alors ? ah c’est mieux, on dirait. Ben il y tient le violon notre bonhomme. Et avec le succès d’Arcade Fire, Final Fantasy est sorti de l’anonymat, en autre en faisant la première partie ... d’Arcade Fire. Et j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer : autant Arcade Fire c’est un feu follet qui m’a amusé quelques semaines autant Final Fantasy risque bien de perdurer et je m’en vais vous expliquer pourquoi. Prenez votre arc, votre carquois, mémorisez vos sorts de niveau 1 et 2, aiguisez votre lame vorpale et c’est parti pour l’aventure !

Jeux d’rôles

J’en vois qui roulent des yeux là ? Vous le saviez pas ? pourtant avec un nom pareil et le beau déguisement d’Owen sur la photo de presse, on peut facilement se rendre compte que notre multi-instrumentiste est quelque peu accro aux jeux de role. D’ailleurs dans le baratin de presse, on lit qu’un de ses objectifs pour cet album était de moderniser les huits écoles de magie de Donjons & Dragons.

hum...

J’avoue que j’ai pas tellement cherché le rapport, même si les titres des morceaux nous placent résolument entre le fantastique et un surréalisme très très dérangé. Le fantastique le plus souvent suggéré par la musique, son ampleur classique, ses fastes un peu baroques et ses fantaisies, le surréalisme, par le côté étrange et décalé dans la voix, la diction. (d’ailleurs on sent bien la progression au niveau vocal par rapport à has a good jome)

L’incongru

Et on se dit qu’il tourne pas rond quelque part ce garçon, même pour un roliste, et tant mieux : parce que du coup, malgré une écriture et une palette d’instruments rémanente du classique, on se retrouve aves des compositions qui à partir d’une base "normale" peuvent tourner à peu près n’importe comment, sur he poos cloud, le titre éponyme ce sera des voix gueulées (élément récurrent de l’album) en contrepoint aux cordes et aux cuivres.

Sur This Lamb Sells Condos, sur un piano déjà incongru par son côté ragtime, vient se greffer une chorale d’enfants et à la fin on y rajoute encore une voix qui déclame un texte cassant complètement le côté céleste de la chose. Song Song Song dont le début comporte uniquement des percussions, pas de base harmonique en dehors de la voix et quand les autres instruments entrent, la chanson prend un tournure presque groovy par sa ligne de basse tandis que le violon finit par choisir une progression simple, presque pop dans l’intention.

Le souffle du dragon

Mais les morceaux qu’on vient d’évoquer constituent quelque part la richesse à long terme de l’album, celle qui se révèle au fur et à mesure des écoutes. Ce qui marque d’abord ce sont ces thèmes, Artic Circle, He poos Clouds, le vocabulaire qu’ils déploient qui vous plonge directement dans l’univers fantastique d’Owen, on sentirait presque le souffle du dragon, les armes magiques qui s’entrechoquent, l’odeur électrique du sorcier qui incante, le souffle épique quand la flotte de vaisseaux volants s’élancent vers la forteresse du désert de glace. Vous l’aurez compris, Final Fantasy développe une musique évocatrice qui laisse néanmoins la place pour se raconter ses propres histoires.

Et puis il y a la "fraicheur", l’originalité de cette musique par rapport au reste de la production musicale. Il est très facile de se laisser emporter par les pièces de Final Fantasy, leur côté tour à tour grandiloquents, graves et mélancoliques. Mais cette différence n’a pas que des avantages, ce n’est pas un disque passe-partout, un disque pour toutes les occasions, même si une écoute distraite n’est pas désagréable loin de là.

PS : le cargo et tomlab vous offrent trois EP de final fantasy. cliquez ici pour participer au concours !

Partager :

publié par le 10/08/06
Informations

Sortie : 2006
Label : tomlab