accueil > articles > albums > eels

publié par terant le 08/06/03
eels
- shootenanny!
shootenanny !

mouche

mr e continue son bonhomme de chemin en solitaire avec quelques intervenants proches (lisa germano, joe gore ou butch par exemple, ce dernier avec lequel mark oliver everett se serait brouillé...). titre bizarre, drôle et encore inabordable pour le grand public, shootennany serait en fait une réunion à laquelle les gens font du folk... de folk il n’en est que peu question ici, en tout cas au sens auquel on a l’habitude de l’entendre. c’est moins folk que daisies of the galaxy paru en 2000 par exemple... néanmoins après un souljacker assez décevant, pas très bien construit, un peu inégal et lassant finalement, shootenanny s’avère une suite géniale. un recueil plus cohérent de pop songs très fraîches, spontanées, enregistrées dans les conditions du live donc solidement bâties. ce qui fait de shootenanny un album pop très agréable et accessible, plus encore que les précédents albums du groupe même si e reste parfois sombre dans certains des thèmes abordés ("agony", "rock hard times" ou "dirty girl"). une très belle synthèse des facettes de eels en fait. et shootenanny voit mark everett étendre sa palette de son, faire des mélanges, des cocktails qui font souvent mouche, toujours dans la même veine qui faisait faisait le charme de ses précédents albums.

fm

souljacker était décevant car trop classique, similaire à ce que mr e avait pu faire auparavant, les nouvelles idées plus électriques n’étaient pas des plus heureuses et finalement la première bonne impression qu’avait laissé cet album s’est vite essoufflée. pour shootenanny, j’ai veillé (...) à laisser du temps entre l’écoute et ces quelques lignes censées susciter chez vous l’envie d’avoir ce disque. le premier morceau, "all in a day’s work" est une véritable claque, un petit bijou de construction jusqu’à cette apogée, refrain final avec un mr e qui chante haut au dessus de cuivres très efficaces et toujours ce sens rythmique détonnant. shootenanny prend une tournure plus rock calme, limite fm que ses prédécesseurs, un album plus lisse mais pas plat pour autant, on emprunte de jolis chemins pop comme sur l’élégant single "saturday morning".

savant

eels est une nouvelle entité avec un nouveau son, mr e semble avoir pris une totale liberté dans le processus de création, il n’est pas accompagné comme auparavant et semble plus à l’aise à gérer ses idées lui même. ce nouveau son de eels est une petite merveille, à la fois incisif et doux, enlevé et pop, un savant dosage qui ne s’essouffle pas sur la longueur et nous tient en haleine jusqu’au bout de l’album. comme toujours, mr e arrive à placer quelques chansons lentes, tristes et belles à pleurer, petites chansons d’amour adorables (comme "the good old days" ou "love of the loveless", réussite mélodique et ambiance planante). et ici la coloration est différente, on a plus affaire à un sous daisies of the galaxy, un sous beautiful freak comme c’était parfois le cas sur souljacker. un très bon album, apaisé, pas rentre dedans comme avaient pu l’être les deux premiers eels (beautiful freak et electro-shock blues), plus dans la veine de daisies of the galaxy avec un charme qui opère différemment mais pas moins efficacement. à tenter donc.

Partager :

publié par le 08/06/03