accueil > articles > albums > eels

publié par terant le 10/05/00
eels
- flyswatter ep
flyswatter ep

le complot

les fans internationaux nomment cela le complot "eels", car toujours plus de questions sont soulevées à chaque fois que le groupe se produit que se soit sur cd ou sur scène. ainsi dernièrement on s’interrogeait sur l’âge de e (question métaphysique essentielle) et l’on faisait long discours sur les messages cachés de e dans certaines chansons. puis arrive ce single, le second tiré du millésime 2000 plus que réjouissant où eels continue son bonhomme de chemin en silence, appuyé d’un succès critique que cette revue ne démentira pas. pourquoi alors s’arrêter sur un single moins moderne que le précédent (pas de vidéo en effet !) ? tout simplement parce qu’un groupe se forme, eels n’est plus simplement le projet d’un artiste prolifique, génial mais sous-estimé mais une formation atypique et talentueuse.

résumé parfait

la récente tournée qui se perpétue montrait un nouveau line-up réjouissant qui changeait du trio efficace des tournées beautiful freak et electro-shock blues. ainsi butch et e sont suivis de près par une session rythmique détonante et surtout lisa germano, musicienne détentrice de l’effet midas (comme le prouvent slide en 1998 ou cet album d’op8 dont l’histoire a été maints fois contée). ainsi sur flyswatter pour la première fois ce groupe est là. la chanson en elle-même est un résumé parfait du génie de e mais c’est surtout le 3ème morceau des deux versions du single qui attire l’attention. le deuxième morceau sont (syntaxe paradoxale n’est ce pas ?) "something is sacred" et "open the door", une reprise de magnapop déjà bien exploitée en concert lors de la tournée electro-shock blues, version ici enregistrée dans les studios de la bbc (à la manière d’une session antérieure on ne peut plus recommandable enregistrée en 1997). ce vieux morceau est splendide musicalement même si l’on peut déceler une voix hésitante inhabituelle chez e.

tout un programme

"something is sacred", carton auprès des fans est simplement extraite de l’album. les troisièmes morceaux consistent en un remix de "flyswatter" et une chanson (!) "vice president fruitley". tournant car e, est à chaque fois étrangement absent de l’interprétation de ses paroles. le remix est une reprise joyeuse (une polka selon le groupe) du morceau par la section rythmique tandis que

butch

et lisa germano (je pense que ce morceau est bâti ainsi) se répartissent les paroles. le résultat surprenant est tout simplement magique et on aimerait l’entendre ainsi en concert (ce qui est fort probable). quant à "vice president fruitley" il s’agit d’un morceau enregistré pendant les balances du début de la tournée française à lille. ce morceau est énigmatique. les fans s’accordent à dire qu’il y a lisa germano à la clarinette puis au chant, e au piano quant au chanteur, l’hypothèse retenue est butch chantant avec les doigts dans le nez... tout un programme qui mérite l’écoute comme toujours...

Partager :

publié par le 10/05/00