accueil > articles > albums > Divine Comedy

publié par Renaud de Foville le 14/01/05
Divine Comedy
- Live at the Palladium
Live at the Palladium

Dominique A, Wampas et U2

Et si tout simplement les seuls DVD musicaux regardables - ce qui devrait pourtant être un minimum - étaient ceux qui ressemblent à l’artiste qui est mis en image. Ou en tout cas à ce que l’on ressent quand on les voit en concert. Les Wampas et la réalisation déjantée et énergique de leur concert à la Cigale, l’exigence des cadres et du montage pour Dominique A aux Bouffes du Nord ou encore l’impressionnante mise en image de l’énorme - dans tous les sens du terme - concert de U2 à Slane Castle, en 2001. Attention cela ne veut pas dire que les très nombreux DVD ratés - allez juste un exemple pour la route : le Nick Cave - le sont à cause des artistes que l’on essaie de capturer sur scène.

en avoir envie

Evidemment si j’écris cela c’est que le concert de The Divine Comedy au Palladium va dans ce sens. Ce concert est à l’image de Neil Hannon, classe, avec ce petit naturel, cette note d’humour british qui évite la prétention. Comme pour le DVD de Dominique A on est très tenté de dire que ce n’est pas si compliqué de réussir un concert live. D’avoir un peu plus qu’un live avec des images - car la plupart des DVD qui sortent sont souvent très soignés pour le son, mais tout juste bon à être écouté et ne méritent que très rarement que l’on se cale dans un fauteuil pour les regarder. Pour réussir il faut en avoir envie - c’est rarement le cas - et s’en donner les moyens - et je ne parle pas que de finances. On sent bien que la grande différence entre Nick Cave et Divine Comedy c’est leur engagement dans ce projet. Pour Nick Cave ce DVD n’a que peu d’intérêt, on surveille le mixage car quand même on est des musiciens, mais pour le reste tant que les caméras ne me gênent pas vous faites comme vous voulez. Avec Neil Hannon c’est une autre histoire. Rien na été fait à moitié sur cette tournée triomphale. Un concert avec orchestre à corde dans un théâtre magnifique ne peut se contenter de quelques caméras éparpillées qui filmeraient un concert comme on filme un téléachat... Mais ici rien de tel. Les cadreurs osent, le réalisateur se dépasse, s’amuse et risque. De très gros plans, des décadrages, des parties d’instrument flou en premier plan, des travellings, des envolées. On est partout à la fois. Et même si ce n’est pas toujours judicieux - les plans à la grue et ceux du haut du théâtre sont souvent sans intérêt, surtout comparé à tout ce qui est filmé serré sur scène - la réussite est pourtant totale. Tout simplement parce qu’on est dans le plaisir, le plaisir partagé de Divine Comedy et de Neil Hannon, le plaisir d’une tournée exceptionnelle, le plaisir d’une musique où le maître mot est l’émotion, l’émotion, l’émotion. Et c’est cette émotion, ce plaisir, ce plaisir simple et sincère que le réalisateur à cherché à capturer et à partager.

Cabotin, Neil Hannon ?

Alors n’hésitez pas, embarquez avec ce cabotin de Neil Hannon, sa voix exceptionnelle, ses mélodies aussi belles qu’émouvantes. Avec The London Palladium vous n’assistez pas à un concert, vous le vivez.

Il est important de le noter car c’est très rare pour des DVD musicaux mais chaque aparté de ce bavard de Neil Hannon sont accessibles en sous titre. Preuve supplémentaire si il en fallait de l’attention apporter à ce DVD. On finira en signalant aussi que comme pour le Dominique A la compression est presque parfaite et rend hommage aux lumières de ce concert. Un pur plaisir...

Attention ce DVD ne contient pas du OSLO TELESCOPIC.

Partager :

publié par le 14/01/05
Informations

Sortie : 2005
Label : Mute/Labels