accueil > articles > albums > damon albarn

publié par alex le 30/05/02
damon albarn
- mali music
mali music

squelette

mali music est né en juillet 2000, quand damon albarn s’est rendu au mali dans le cadre du projet oxfam, on the line - un projet axé sur les personnes vivant le long du méridien de greenwich. le chanteur de blur avait déjà eu l’occasion d’apprécier la musique malienne, et décida donc tout naturellement de rencontrer des musiciens maliens et de jouer avec eux, chez eux. armé d’un vieux mélodica, il a parcouru bamako et ses environs pour écouter des concerts, participer à des sessions, jouer en public, dans des bars ou sur des bateaux. il joua notamment avec de célèbres musiciens locaux comme toumani diabaté, lobi traoré, afel bocoum ou ko kan ko sata doumbia, mais aussi avec de simples amateurs. plus de quarante heures de sessions furent enregistrées, et forment maintenant le squelette de mali music. certains passages sont repris tels quels sur l’album, alors que d’autres ont été bidouillés en studio.

faubourgs

le résultat de ces heures d’enregistrement et de mixage est à la fois surprenant et réjouissant. cet album est un véritable carnet de voyage, un peu comme les deux albums de manu chao, alternant musique malienne traditionnelle mixée à la sauce occidentale, comme le coloré “bamako city”, et véritables mariages des deux types de musique, comme l’étonnant “the djembe” avec damon albarn au mélodica. l’atmosphère générale de l’album est à la fois festive et apaisée, tout en nuances. on se retrouve transporté dans un monde imaginaire, à mi-chemin entre le camden market de londres et les faubourgs de bamako, par une chaude nuit d’été.

caméléon

il est assez amusant de trouver des correspondances évidentes avec le précédent projet solo de damon albarn, l’excellent album gorillaz, comme la superbe ballade “sunset coming on”, chantée par l’anglais, et qui pourrait être le “tomorrow comes today” de mali music. les voix et les chœurs maliens sont absolument magnifiques, d’un bout à l’autre de l’album. mali music se termine par un autre petit frère des chansons de gorillaz, intitulé cette fois “les escrocs”. le mariage entre la voix de damon albarn et et les choeurs et la musique malienne est une nouvelle fois impeccable. damon albarn, après des débuts tendancieux dans le groupe britpop blur, semble avoir opéré un virage définitif - et à 180 degrés - dans sa courte carrière, pour notre plus grand plaisir. on attend même avec impatience les prochaines aventures du caméléon de la pop anglaise.

Partager :

publié par le 30/05/02
Derniers commentaires
- le 28/03/06 à 23:32
avatar

damon albarn et d’autres devraient nous racconter la verité sur ces productions... qui fait le travail, qui en profite,etc. la plus part des fois tout ça est fait sans aucun accord donné par les musiciens... les vrais musiciens, je veux dire !...

Informations

Sortie : 2002
Label : honest’s jon

Pour le même artiste