accueil > vidéos > sessions > Colin Stetson

publié par Renaud de Foville le 14/03/16
Colin Stetson - Session Acoustique #773

Est ce le retard qui fait que l’on arrive légèrement stressé à cette session. Sur le chemin vers le Centre Culturel Irlandais qui nous prête sa magnifique chapelle je me demande bien pourquoi se pointe cette légère angoisse, un peu de trac, alors que l’on arrive presque à 800 sessions en ligne sur le Cargo ! et bien plus filmées... Mais rien n’y fait. Arrivé au Centre Culturel Irlandais le léger stress est toujours là. Et cela ne va pas en s’arrangeant. Quelques personnes sont dans la chapelle en train de prier. Le retard s’accumule. Colin Stetson est dehors, il attend. Impressionnant. Il dégage une force physique impressionnante. Il n’est pas très communicatif. Nous attendons. Et en fait je m’aperçois que Colin s’est échauffé, et qu’il essaie de garder l’état de concentration, et physique, dans lequel il est.

Puis tout va très vite. On parle de la meilleure façon de prendre le son, de garder la reverb naturelle du lieu et même de profiter du changement de son selon la position de Colin face aux micros. Rester le plus naturelle possible. Les premières notes, le stress s’envole, fait place à l’émotion, toute la chapelle, et en fait une bonne partie du Centre Culturel Irlandais vibre au son totalement unique du saxophone de l’américain. C’est beau, c’est hypnotique, presque chamanique. Impressionnant d’être à quelques centimètres de Colin. De le voir jouer et d’être enveloppé par sa musique. Le stress est remplacé par un grand frisson. A la fin du morceau Colin reste encore quelques secondes incroyablement concentré, son regard est impressionnant... Puis il se détend. On parle de la route du rock, du concert incroyable qu’il y a donné malgré sa grippe. Un piano est posé dans le fond de l’église, en attendant l’interview suivant il joue quelques notes.

Après 7 ou 800 sessions filmées, un moment comme celui là te permet de comprendre pourquoi tu continues.

The stars in his head (Dark Lights remix)

Un immense merci au Centre Culturel Irlandais pour leur accueil et en particulier à Anne Sophie pour son aide précieuse.

Images : Renaud de Foville

Partager :