accueil > blog’notes > Celle qui préférait

publié par Sfar le 16/08/07
Celle qui préférait Rock Oz’Arènes aux airs pluvieux malouins.

Mi-Août n’est pas uniquement la période d’un festival breton si cher au Cargo ! et fréquenté assidument chaque année par les matelots les plus respectés de notre raffiot. Nos amis suisses proposent eux aussi, aux mêmes dates, un festival à la programmation éclectique et audacieuse : Rock Oz ‘Arènes. Dans le cadre magnifique de Avenches, dans un amphithéâtre romain, on nous proposait ce mercredi une programmation à tendance metal et indus avec comme point d’orgue le concert des Nine Inch Nails.

Rock Oz'Arènes - Samael

Après moults péripéties pour accéder jusqu’au site, on pénètre dans l’enceinte du festival et déjà sur la scène de l’amphithéatre le groupe de metal indus suisse Samael est en place. Le chanteur Vorph, à la voix gluturale qu’on croirait sortie d’outre-tombe, nous interprète des morceaux qui ravissent les fans de metal présents dans l’arène. C’est parfois caricatural : le chant anglais est un peu poussé, les paroles semblent extraites d’une pub pour téléphonie mobile (one nation, generation, connecting people) mais l’ensemble reste sympathique.

Nous sommes ensuite invités à aller du côté de la scène du château afin de découvrir celle qui nous est présentée comme la nouvelle PJ Harvey (la nouvelle PJ Harvey de la journée devrais-je préciser vu que chaque jour voit sur notre planète l’émergence d’une ribambelle de nouvelles PJ Harvey, il suffit souvent de peu de choses : être une fille, savoir chanter avec un joli timbre de voix, avoir un guitare à la main). Cette jeune lyonnaise au doux nom de Vale Poher se produit donc seule sur scène. Elle a certes une jolie voix, manie bien la guitare mais voilà elle ne restera pas la révélation du festival. Et ce qu’elle révèlera surtout chez moi c’est qu’il est l’heure d’aller se sustenter. Petit intermède gastronomique fort agréable, surtout que sont présents dans l’enceinte du festival de nombreux stands aux mets plus appétissants les uns que les autres.

C’est alors dans l’arène que nous découvrons un trio australien au nom plutôt évocateur Devastations. Invités au festival par NIN, nous nous attendions à un rock sombre et mélancolique, il s’est agi d’une succession laborieuse (oui laborieuse !! quand on tente de gagner 2 minutes entre chaque titre histoire d’en faire moins le temps imparti c’est assez révélateur) une succession donc de morceaux dignes de berceuses pour nouveau-nés : pour ne pas dire simplement que c’était vraiment chiant ! Ce groupe a quand même réussi l’exploit de vider en moins de 20 minutes une arène archi comble même si il a commencé à très légèrement décoller sur le dernier morceau. "Impressionnant !!" nous assènera le présentateur de la soirée, c’est bizarre mais ce n’est pas l’adjectif qui me serait venu d’emblée en tête ...moi j’aurais plutôt conclu par un "Vraiment décevant !".

Gojira accueilli par les siens.

Allons ce n’est pas le moment de se démoraliser et on file vers la scène casino où se produisent les landais de GOJIRA (que certains qualifient de Death Metal .... ou pas ! ). Quoiqu’il en soit, les morceaux proposés à Rock oz’Arènes extraits de leur album From Mars To Sirius sont loin d’être les plus mélodiques. C’est bien nerveux et ça plaît beaucoup au public de métalleux bien excités devant la scène.

C’est enfin au tour de la tête d’affiche Nine Inch Nails de prendre possession une heure et demi durant des arènes.

NIN

C’était la première fois que je voyais le groupe de Trent Reznor et dans ce cadre superbe c’était vraiment impressionnant aussi bien musicalement que visuellement. Des affichages présents sur le site nous avaient déjà mis la puce à l’oreille (En raison de l’extrème puissance du mur d’éclairage aux stroboscopes de NIN, les personnes sensibles ou épileptiques sont invitées à s’éloigner de la Grande Scène). Et en effet on en a pris plein les mirettes pour un set de 25 morceaux et un show impeccablement huilé (Chronique du concert sur Le Cargo !).

> Cette première soirée du festival s’achève avec le set de Monkey 3 un groupe proposant une sorte de post metal bien agréable à la fois puissant et planant. Une bien belle manière de rescendre de la folie rock indus dans laquelle nous avait mené les NIN.

Partager :

Derniers commentaires
gab - le 17/08/07 à 10:34

manquait un p’tit gus tout seul à la guitare acoustique au milieu de tout ça pour une soirée vraiment réussie moi je dis ;-p

(et tes métalleux qui chantent Indochine, t’en causes pas ? c’est commage ...)

sfar - le 17/08/07 à 11:13
avatar

AHhhhhhhhhhhhhhhhh
là c’est la partie off qu’on va alors découvrir en commentaire
Retour à deux heures du mat dans la navette Avenches Fribourg avec bon nombre de metalleux Suisse Allemands, visiblement très intrigués par la Programmation des jours suivants (Indochine)
Entre celui qui cherche à rencontrer Bob Moranne et celui qui bagouzes de l’enfer au doigts, ongles agrémentés d’un trait de vernis noir, se met à chanter trois nuits par semaine ... ceci eut le mérite de clore de façon surréaliste cette incroyable journée

Marylou - le 21/01/08 à 14:55
avatar

J’y était et franchement le groupe devastation ne méritait vraiment pas son nom !!!!mes potes se sont limite endormis !!!!(si si sans rire yen a 2 de sur qui se sont endormit)malheureusement Gojira jouait en meme temps !!!trop degouter de pas pouvoir aller les voir !!(ben oui fallait garder les places qu’on avait reussit a trouver pour voir NIN !!!!)de plus a l’origine Gojira devait etre sur la grande scène et devastation sur la petite et ils ont inverser !!!!!qu’elle horreur !!!!en tout cas pas dessus d’avoir enfin pu voir NIN sur scène !!!!!!