accueil > articles > albums > broken social scene

publié par terant le 12/09/03
broken social scene
- you forgot it in people
you forgot it in people

mainstream

après feel good lost en 2001, il s’agit du deuxième album de ce collectif canadien qui comprend rien moins que 10 personnes. you forgot it in people est aussi le premier à se faire remarquer de ce côté-ci de l’atlantique. Il faut dire qu’il dispose de quoi se faire remarquer. broken social scene est la rencontre d’un post rocker, kevin drew qui a officié au sein de do make say think mais aussi de kc accidental, et d’un indie rocker brendan canning qui oeuvrait, lui, dans des formations plus confidentielles telles hhead, by divine right... la rencontre de ces deux versants de la musique indépendante vise à bâtir un album « pop ». populaire donc, accessible, frais, immédiat, renversant dès la première écoute. si le terme pop s’est un peu déprécié avec un aspect plutôt péjoratif qui tend à rapprocher le terme de celui de la variété, broken social scene est l’autre côté de la pop, pas celle mainstream, souvent décevante. une pop intelligente, pensée, sans pour autant être trop intellectuelle ou complexe. les 13 morceaux de cet album frappent d’emblée par cette ambition.

désobscurcit

on pense parfois aux flaming lips, dans la manière d’arranger, de façonner ce son « énorme » très séduisant. et you forgot it in people est comme les derniers lips, gorgé de petites merveilles. contrairement aux précités, il ne s’agit pas ici de pop psyché, mais de quelque chose à la croisée du post rock, de l’indie rock et de la pop. de la post indie pop en quelque sorte. un peu comme si pinback s’était désobscurcit, accéléré et égayé. le chemin parcouru par broken social scene depuis feel good lost est assez impressionnant, non pas que ce dernier soit un mauvais album, mais juste quelconque et pas vraiment enthousiasmant comme peut l’être you forgot it in people. sur celui-ci, les idées nombreuses prennent de l’allure et forment des petits hymnes dont on s’éprend rapidement : "kc accidentals", "stars and sons", "almost crimes", un enchainement mortel. puis suivent des choses plus douces, downtempo comme ce "pacific theme".

transposition

la fin de l’album est extrêmement calme, mélodique, pas ennuyante pour autant, le groupe nous repose après une introduction fracassante. il n’y a pas de préférence à avoir pour le broken social scene plus enlevé ou leur approche apaisée de la musique, le collectif fait des merveilles des deux côtés via une instrumentation riche, des sonorités uniques et un sens aiguisé de la mélodie accrocheuse. forgot it in people est donc une vraie réussite, un album qui se savoure aisément et ne s’oublie pas facilement, une petite merveille pop sur laquelle j’émettrais juste une réserve quant à sa transposition scénique assez décevante à la route du rock 2003.

Partager :

publié par le 12/09/03
Informations

Sortie : 2002
Label : arts & crafts