accueil > vidéos > sessions > Blackbird Hill

publié par Renaud de Foville le 25/03/20
Blackbird Hill - Sessions Confinées #006

La majeure partie de la planète est en confinement. La France n’y échappe, pas de petit village de la Gaule qui résiste à l’envahisseur. Cette fois ci, nous devons tous rester chez nous pour aider à combattre ce virus, fléau planétaire. Mais la résistance à l’ennui, au temps qui passe trop doucement prend forme et l’équipage du Cargo ! vous propose les Sessions Confinées. Nous continuons les sessions du Cargo ! mais cette fois ce sont les artistes qui s’enregistrent chez eux avec les moyens du bord et nous partageons ces moments avec vous au quotidien on l’espère.

Les Sessions Confinées c’est aussi l’occasion pour nous, Matelots du Cargo !, de continuer à découvrir des artistes. Certains en voyant les premières vidéos nous ont contactés et proposé leurs vidéos. Cela nous permet de découvrir et partager avec vous l’univers de Blackbird Hill. Deux morceaux en version totalement acoustique, beaux et touchants.

Nous demandons aux artistes qui participent aux Sessions Confinées de nous conseiller un livre, un film et un disque pour cette étrange période que nous vivons. Voici les conseils de Blackbird Hill :

Un film :

  • There Will Be Blood. Daniel Day Lewis est époustouflant dans ce film, il a des monologues qui m’ont coupé le souffle la première fois que je l’ai vu. Ce film a remporté l’Oscar du meilleur acteur, oscar de la meilleure photographie... ça veut tout dire. L’ambiance musicale apporte une tension de dingue, on se cramponne aux accoudoirs du fauteuil. L’univers est hyper intéressant, il permet de se projeter sur le "début de la fin", quand des gars au début du 20ème siècle se sont dit qu’ils allaient devenir très riche, grâce au pétrole, en détruisant plein de trucs sur leur passage.

Un album :

  • Harvest de Neil Young, toujours, tout le temps, qui mélange des morceaux enregistrés dans sa grange, en 4 heures, et des morceaux enregistrés avec un orchestre. Ou For Emma, Forever Ago de Bon Iver. Il l’a enregistré seul, avec un seul micro tout simple, confiné dans une cabane au fond du Wisconsin, après avoir été gravement malade.

Un livre :

  • Construire Un Feu de Jack London, qui m’a beaucoup inspiré pour écrire le premier album de Blackbird Hill. Là ça parle de la survie, la vraie, pas celle où des idiots achètent du papier toilette et des pâtes.

Breezing away

Wreckage

Si vous voulez découvrir l’univers de Blackbird Hill c’est par ici

Merci à Catherine

Partager :