accueil > articles > lives > Ashtray + Baptiste

publié par terant le 19/01/15
Ashtray + Baptiste W. Hamon - International, Paris - 15/01/2015
International, Paris

Une soirée organisée par Midnight Special Records à l’occasion du lancement du nouvel EP de Baptiste W. Hamon intitulé Ballade d’Alan Seeger - Chansons sur la Grande Guerre.


Ashtray


Ashtray c’est Marius Duflot, accompagné par Malvina Meinier. Un tandem qui fonctionne bien. Lui, guitare/voix ; elle, choeurs/synthé/drumkit. Leur ouverture de soirée est accrochante. Les morceaux percutent : des compositions légères et rigolotes façon Moldy Peaches. « Walk », « Wonder machine ». Il manque un tout petit peu de puissance par moment. Une guitare un peu plus punchy plutôt que ces effets d’échos un peu étouffants. Une bonne découverte, cependant. Une bonne présence scénique, des bonnes idées mélodiques, des envolées prenantes.

En concert, c’est donc un bon moment. Leur premier album est fabriqué maison ; chaque pochette possède son coloriage, au feutre, unique. Objet rare donc. Son contenu ne l’est pas moins, indie rock simple et direct, pas monotone, ça s’écoute joyeusement.


Baptiste W. Hamon


On allait voir Baptiste W. Hamon avec autant d’entrain que de scepticisme. Le côté à la fois très country et chanson du bonhomme n’est pas forcément dans nos cordes, d’habitude. Il introduit d’ailleurs son concert par du second degré sur ce trait, une invitation à faire nos plus beaux pas de danse country durant son concert. Ça met forcément en confiance. Il commence par « Les bords de l’Yonne ». Morceau très calme et mélancolique qui n’est pas la voie la plus directe pour rentrer dans son monde. Peu à peu, pourtant, on se laisse prendre au jeu. Il en vient d’abord à son nouvel EP, un recueil de chansons sur la grande guerre. Il nous en explique la genèse, l’origine. Les écrits d’un aïeul marqué par ce conflit auquel il a pris part et sur lesquels Baptiste est tombé, récemment. Alors qu’était commémoré l’an dernier le début de cette grande guerre. Là où était attendu un petit concert sans prétention, à destination d’un public composé majoritairement d’amis, de sympathisants, cela bascule progressivement dans une joyeuse fête, sans cercle. Parce que Baptiste W. Hamon sait établir le contact, inviter dans son univers et ses références avec lesquels on n’est pas forcément familier. Ils partirent trois, ils arrivèrent une bonne dizaine. Les amis, artistes, rejoignent la scène. C’est littéralement un big band qui peu à peu porte les morceaux de Baptiste. Ou cette délicieuse reprise de Johnny Cash, « Folsom Prison Blues ». Accordéon, trompette, guitare blues, batterie, basse, violon, harmonica... jusqu’à un exercice amusant de yodeling par Baptiste en personne. Les participants ont à peine répété. Tout semble si fragile. Mais Baptiste et sa troupe jouent bien. Pas d’accroc, pas d’impair, pas de pain. Tout est fluide.

Un hommage à Townes Van Zandt, un final d’anthologie où le public est invité à répondre à ce qui semble être l’une de plus anciennes et donc jeunes compositions de Baptiste. Tout le monde à pleine voix, bien au delà de l’heure prévue de fin du concert.
Au final, ce fut bien une « fête du slip » comme le promettait l’évènement facebook. Un moment complètement débridé, festif ou chacun contribue, participe. D’autres de ces moments sont à venir ; on vous y convie chaleureusement.

P.-S.

Pour écouter Ashtray : http://midnightspecialrecord.bandca...

Pour écouter Baptiste W. Hamon : https://soundcloud.com/baptistewhamon

Partager :

publié par le 19/01/15