accueil > articles > albums > VA

publié par Mickaël Adamadorassy le 25/12/15
VA
- Les inRocKs Lab : lauréats 2015
Les inRocKs Lab : lauréats 2015

les inrocks lab c’est le myspace du futur de 2015, le site où on est censé découvrir les "next big things" de la musique française, la nouvelle vague qui va cartonner dans les années à venir. Leur compilation est donc en théorie un condensé de ce que la scène française émergente a produit de plus excitant récemment. On se propose de vérifier en pratique et de manière impitoyable : une seule écoute, les premières impressions sans aucun filtre. En ayant conscience des limites de l’exercice, certaines musiques demandent du temps... mais d’un autre côté, là tout le monde est jugé selon les mêmes conditions.

Ana Zimmer

bon ça commence pas trop mal de l’electro à la Lorde, pas trop d’arrangements ou de sons pouet-pouet, le côté un peu blasé et le phrasé un peu hip-hop, la prod tient la route, la voix est jolie. Pas trop mal, mais en même temps rien qu’on ait pas vu ailleurs. Les paroles sont un peu à côté de la plaque aussi, mais tant que vous regardez pas le clip très laid associé, vous pouvez ne pas vous en apercevoir.

Aloha Orchestra

On continue avec de l’electro, le son est un peu pouet-pouet mais le rythme emportée, la voix grave, les harmonies vocales à la Grizzly Bear, les touches de fantaisie un peu partout, les guitares

Martin Mey

Un mec au piano, la voix est pas mal, ça monte lentement, la batterie arrive, pas mal de choeurs, la compo est plutôt bien foutue, la prod agréable... pas mal du tout pour pinailler on aurait aimé que ça se renouvelle un peu plus sur les presque 4 minutes mais on imagine que c’est voulu et ça fonctionne pas trop mal

Milan

ce morceau est à la fois intéressant pour sa ligne de synthé et sa batterie mais le son du synthé et la voix du relou qui chante provoque une crispation désagréable dès les premières secondes. Dommage y a un truc à faire en virant le chanteur.

Minuit

C’est une blague ? Je ne tiens pas jusqu’au bout, les voix sont nulles, le morceau est laborieux (et pouet-pouet)

Presque l’Amour

L’amour gagne toujours et pas que dans les séries AB productions, alors Presque l’amour gagne presque : j’étais pas forcément client : de l’électro avec une fille qui parle par dessus, c’est un scénario furieusement pouet-pouet en théorie, mais la fille a une voix à laquelle j’accroche grave, les bouts de phrase ont du sens, ça fait un peu à fauve#. L’accompagnement electro est assez joli, loin du pouet-pouet qui est notre pain quotidien.

Des Roses

Trop de synthés on pourrait croire que ça tue les synthés, souvent c’est le cas mais là dans cette espèce de mur du son synthétique et plein de voix qui font des choeurs on dirait des pleurs, dans cette soupe primitive trop nourrie à la new wave et à l’indie rock cotonneuse, le miracle de la vie se produit et la créature qui se cache dedans, on la trouve bien aimable.

Volin

Au début, Le batteur et le guitariste jouent une sorte de math-rock speed et énervé pendant que le chanteur déclame en français, le texte est pas d’une qualité littéraire impressionante, c’est un peu trop maniéré mais la juxtaposition des deux est originale... et puis tout le monde se calme un peu, c’est plus cohérent mais beaucoup moins original, on entend mieux les paroles mais c’est pas forcément un mieux ça... mais finalement ça repart un peu plus bourrin, la voix est convenablement noyée dans la musique et on reste sur cette intention sympathique.

Baptiste W. Hamon

Voilà un sujet de discorde sur le Cargo !, certains adorent, moi la seule chose que je trouve supportable dans ce morceau c’est la participation d’Alma Forrer mais généralement je zappe avant qu’elle ne commence à chanter tellement ça m’énerve...

The Slow Sliders

Pour certains artistes on peut parler de goûts et de couleurs, il y a des partis pris, on aime ou on déteste, the slow sliders, c’est l’encéphalogramme plat chez moi, le coeur qui bat à un rythme désespérément régulier. Pas trop mal fait, pas trop bien fait, rien à dire...

Justine Mauvin

De la Pop toute mignonne, juste ce qu’il faut d’électro, un joli filet de voix féminin qui a une petite touche hip-hop, qui apporte un peu de gouache sans rentrer dans la caricature. C’est ce que j’appellerais du travail bien fait.

Louis Aguilar

Il fut jadis un jeune homme tout sérieux et folkeux, un futur chouchou du Cargo ! de la Lille Connection. En route il a gagné des tatouages et beaucoup de rock’n’roll dans l’attitude. Pour la musique c’est plutôt le western et le folk...lore américain en général et c’est très bien fait ?. En live, le Louis se révèle être un showman plein d’humour et avec un style bien à lui.

The Grand Bay

Pff encore de l’electro, enfin plutôt du rock minimaliste avec une boite à rythme old-school. Bon c’est entrainant, la voix a un truc attachant, on aurait pu condenser un peu mais ça tient la route.

Sin Tiempo

Encore de l’electro, encore une voix de mec avec un certain grain, à la BAR, on ajoute la basse séquencée, c’est plus dansant et moins intéressant ; à 1’55 on fait avance rapide pour voir si le schmilblick avance, pas vraiment... on passe

Kazy Lambist

Là on est dans le franchement club/dancefloor, c’est pas trop mal fait dans le genre... je suppose.. la voix de fausset on aime pas trop par contre... ça y est on est déprimé (comme si on était dans un vrai club qui passe ce genre de musique avec plein de gens qui ont l’air de s’amuser comme dans un clip dans un club qui passe ce genre de musique avec pleins de gens qui...)

Partager :

publié par le 25/12/15