accueil > articles > zooms > VA

publié par Mickaël Adamadorassy le 28/08/15
Rock en Seine 2015 façon Cargo! - le samedi
Rock en Seine 2015 façon Cargo ! - le samedi

Après un jeudi bien pluvieux, on commençait à se demander s’il n’allait pas falloir prévoir les bottes et l’imper pour Rock en Seine mais ouf, la météo annonce un ciel juste couvert de temps à autre, 0 pluie et même un beau 31° pour samedi. Autre bonne nouvelle pour ceux qui y seront pas, tous les concerts seront retransmis en live sur CultureBox. Et juste avant le début des concerts 2015, c’est le concert de Warpaint l’année dernière qui sera diffusé, on en resterait presque chez nous... euh en fait non.... et trêve de bavardage voici notre sélection pour samedi 29 août :

  • 15:30 The Maccabees (Grande Scène)
  • 16:15 Balthazar (Cascade)
  • 17:00 Ben Howard (Grande Scène)
  • 17:50 Mini Mansions (Pression Live)
  • 18:45 Stereophonics (Grande Scène)
  • 19:40 Glass Animals (Pression Live)
  • 20:45 Interpol (Grande Scène) (ou Bianca Casady )
  • 21:50 Years &Years (Pression Live)
  • 23:05 Jamie XX (Industrie)

15:30 - 17:50

Dès l’ouverture à 15h30, un choix difficile : d’un côté les londoniens de The Maccabees savent faire dans le rock indé énervé dans les guitares mais transcendé par une voix vraiment bien. Avec des tempi calmes et des ambiances acoustiques tout un coup on pense à l’époque où Chris Martin savait écrire de lancinantes balades au spleen contagieux, plutôt que des hymnes pour les stades. Le mélange vous parait bizarre ? c’est ce qui les rend d’autant plus intéressant.

De l’autre Forever Pavot a un nom qui craint et fait dans le revival psychédélique, un phénomène dont on s’est déjà plus ou moins lassé mais Forever Pavot a quelques cordes intrigantes à son arc, leur son ne s’est pas tout à fait noyé dans la reverb et les hommages. Alors on leur donnerait bien une chance aussi...

Au final The Maccabees l’emportent quand même assez largement mais on exclue pas de se faire 10 minutes de Forever Pavot.

Ensuite, même si l’electropop et la voix fémine de Cardiknox ont de sérieux arguments, on hésite pas longtemps. On a beaucoup dit de Balthazar qu’ils étaient un des groupes belges les plus prometteurs et je crois que là sur disque la promesse a été tenue avec leur dernier album Thin Walls. Il faut voir comment il vieillira mais ce disque qui pourrait bien les placer au niveau de la meilleure scène belge, Venus, Applause ou Girls in Hawaii. Impossible de les classer dans un genre, les approches, les instruments, tout est subtilité et élégance. Et en même temps sans perdre une certaine candeur et un esprit rock. Reste à voir si tout ça transparait sur scène.

A 17h00 le choix est assez limpide : la folk de Ben Howard vs de l’electro-electro (pas electro rock, electro world ou je ne sais quoi). On choisit la folk...

Mini Mansions c’est un peu comme si vous appliquiez à la musique psychédélique les préceptes du stoner : il faut que ce soit lourd, écrasant, que le son soit énorme et oubliez toute subtilité (oui ma vision du stoner est un poil biaisé)... ça donne quelque chose d’intéressant, surtout qu’en même temps il y a un côté très dansant et groovy qui vient se mêler à tout ça, des chœurs très pop aussi et un chanteur très à l’aise dans tous les registres, jusqu’à un flow quasi hip-hop. Une belle découverte qui pourrait rivaliser aussi bien avec Phoenix que Tame Impala.

18h45 - 23:05

Stereophonics. Stereophonics point. On est pas ultra fans mais ils assurent en live et ont un réservoir de bons titres. OK ce n’est pas le choix aventureux mais on l’assume. En face vous avez le hip-hop de Young Thung.

Glass Animals, on est un poil moins sûr, l’album est classieux, un mélange d’électro pour les beats et les basses très profondes et de pop "ambient", quelque chose de planant qui pourrait rappeler un peu Alt-J sauf que là ou Alt-J cherche la singularité, pioche dans d’autres vocabulaires que celui de la musique "occidentale", Glass Animals c’est plutôt limpide, les mélodies plus classiques mais efficaces et le chant arrive à bien défendre leur univers. On est juste pas sûr que ce soit assez varié sur un set de 45 minutes...

Interpol... Interpol quoi :) enfin non parlons quand même de Bianca Casady, sortie de CocoRosie et accompagné de son groupe the CIA. Pas beaucoup d’infos là-dessus mais les quelques images glanées sur Internet montrent un show qui a l’air bien barré comme on aime. Si vous êtes tombés sous le charme de la voix de CocoRosie ça risque bien de vous plaire. Et on pense bien aussi déserter Interpol avant la fin pour en voir un bout.

Après le doute revient : La Mverte c’est trop electro pure et dure pour nous et Years & Years c’est une sorte de pop dance réjouissante mais sur la durée on a comme un doute. On préfère habituellement le côté sombre mais on va quand même opter pour Years & Years, dont le son est quand même moins (arché)typé.

Évidemment vous pensiez qu’on finirait avec The Libertines, on pourrait... vous pouvez... comme une bonne partie du monde indé qui considère que The Libertines fait partie de l’histoire du rock et que leur retour est un évènement. On fait plutôt partie de l’autre, où ce n’est qu’un "groupe en the" parmi d’autres. Alors on choisit donc Jamie XX ( membre de... the XX). Ok c’est très electro mais ça n’est pas (toujours) un crime...

Partager :

publié par le 28/08/15