accueil > articles > zooms > VA

publié par Ben le 27/08/14
La route du bénévole -- La Route du Rock 2014
La route du bénévole — La Route du Rock 2014

Mercredi 13 août

14h. Plantage de tente sur les remparts du fort de Saint-Père-Marc-en-Poulet. Oui, les remparts sont couverts de terre, d’herbe, et d’arbres, et le bénévole plante sa tente dessus. Et il se trouve que depuis un paquet d’années, je fais partie de cette catégorie de joyeux travailleurs non rémunérés. Et c’est cool.

Pas de concert au fort ce soir, juste des essais son sur les deux scènes du festival. Les concerts sont ailleurs, ce soir, dans Saint-Malo, mais je n’irai pas, pas le temps, dommage pour Ought, ça avait l’air bien, sur disque. Pas le temps parce qu’il faut préparer le stand où je vais bosser ... porter des tables, faire les plannings, expliquer le boulot aux p’tits nouveaux, faire des bisous aux gens des stands autour et ouvrir des bières avec des briquets. Le boulot, c’est garder des sacs de festivaliers, et recharger des téléphones portables (ou tout autre truc rechargeable).

Bon ... analyse de la programmation sur le programme qu’on nous a donné. Je veux absolument voir à peu près tout, mais ça me semble un peu compliqué. Je veux voir Perfect Pussy parce qu’une fille qui crie très fort, et des guitares qui font n’importe quoi derrière, j’aime bien. Je veux voir Metz à peu près pour les mêmes raisons sauf que c’est avec un garçon. Puis Fat White Family parce que j’ai lu que c’était des fous et dans leur dernier clip y’a quelqu’un qui danse les fesses à l’air au fond d’un bar. Puis Angel Olsen parce qu’elle est à peu près l’inverse de ce que j’ai décrit avant et que ça risque de faire du bien au cerveau. Et puis Slowdive parce que légende du shoegaze presque au même titre que Ride ou My Bloody Valentine. Et puis Liars parce que leur dernier album est une tuerie et qu’en concert je me prends une claque à chaque fois que je les vois. Et Portishead, parce que c’est les 20 ans de Dummy, et que mon cd a fondu tellement je l’ai écouté à sa sortie. Et Mac Demarco parce que je suis quand même très curieux de voir en vrai ce p’tit mec dont tout le monde dit beaucoup de bien. Et Jamie XX parce qu’à un moment va falloir songer à danser un peu.

Bref j’organise mon planning pour pouvoir assister à tout ça, et c’est parti pour la première fête au village bénévole. Y’a un dj qui passe du twist, c’est parfait. Le bénévole est joyeux, ce soir.


Let’s twist again !

 

Jeudi 14 août

9h30. Réveil, Doliprane, jus d’orange, premier round au stand. Les festivaliers arrivent. Premier ticket donné, premier téléphone en charge, tout va bien.
Quand soudain......
Le déluge.
Bon, nous au stand on est à l’abri mais c’est un peu la panique pour les festivaliers, là.
Fin du round pour ma part, je file voir les concerts ... J’ai un trou dans ma chaussure, donc j’ai de la boue dans ma chaussure. La pluie s’intensifie. Les planches qui couvraient certains trous d’eau sont soulevées et flottent. C’est marrant de monter dessus en chantant un truc des Beach boys.

Angel Olsen arrive sur la petite scène. Première constatation, elle est super belle et elle est de très bonne humeur. Et ses chansons sont très jolies. Le soleil fait son apparition exactement au moment où elle termine son premier morceau. Bravo les scénaristes. Du coup, ça la rend d’encore meilleure humeur. Même la coupure de son de quelques minutes n’a pas eu d’effet négatif, et lui a visiblement donné terriblement envie de déconner avec le public. C’est drôle, parce que ses chansons sont plutôt super tristes.

Bon je dois retourner bosser .... tant pis pour War on drugs ... ah et puis tant pis pour Kurt Vile d’ailleurs, aussi. On a bossé plus que prévu. Mais c’est pas grave, je suis pas ultra fan, et j’avais vu la balance dans l’après-midi, où il avait fait quelques titres en entier. Je vois les dernières secondes de son concert, puis me positionne pour la suite.

JPEG - 54.9 ko

Thee oh sees. Ils ont une sacré réputation scénique, ces gars là. Bon sauf que récemment des musiciens sont partis et d’autres arrivés ... du coup ça va pas être pareil, forcément. Alors en fait c’est bien ..... Effectivement le chanteur/guitariste dégage un truc fort, la puissance est bien là, les titres sont ultra efficaces. Je suis juste un peu déçu du son. C’est peut-être lié à ma position, mais le son de guitare me parait un peu étouffé.

Direction la petite scène .... Pas facile d’avancer vite avec toute cette boue. Ah et c’est déjà blindé de monde. (oui cette année le festival a quasi égalé son record de fréquentation) Bon de loin ça a l’air cool. Mais je suis un peu frustré. Ah mais j’ai mon pass bénévole, je peux p’t’etre trouver un bon spot en dehors des limites. Genre là, p’t’être. Parfait. je me retrouve debout sur un truc en béton, la tête bien au-dessus de la foule, un peu à gauche de la scène, je vois parfaitement. Et Fat White Family assurent, je me régale les oreilles de ce son crado garage old school.

C’est l’heure de retourner bosser. Tant pis pour Caribou et Darkside, c’est l’heure de voir galérer les festivaliers fatigués dans la boue, et de leur rendre leurs affaires, et de gérer les quelques bourrés qui pensent qu’on est un bar.

 

Vendredi 15 août

Grasse mat’. Je bosse qu’à 17 h. Tranquille. Ça tombe bien, Portishead fait sa balance. Plus de 2 heures de balance. Ils sont tous là, sur la scène ... sauf Beth Gibbons .... ils jouent plein de petits bouts de leurs tubes, en version instrumentale ... c’est marrant.
Quand soudain ...
Des gens arrivent droit vers moi, et les quelques autres bénévoles qui sont collés aux barrières devant la grande scène.
"Vous pouvez reculer ?" .... ok, je recule ...
"Plus loin ...." ok, je me retrouve à 200 mètres de la scène. Pas de soucis. Je me souviens, quand les Cure avaient joué ici, et fait leur balance, ils avaient carrément fait mettre des barrières hyper loin de la scène pour empêcher les bénévoles d’approcher.
Bref , tout à coup, Elle arrive. Et ça devient encore plus chouette.

JPEG - 23.8 ko

On m’appelle, y’a trop de monde, trop de boulot à la recharge de portable, je dois aller aider. Tant pis pour Cheatahs et Anna Calvi, et à mon grand désespoir tant pis pour les 3/4 du concert de Slowdive. Ceci dit, les 15 minutes de Slowdive que je peux voir m’enchantent. C’est beau, c’est scotchant, et le regard de la chanteuse, troublant.

Bon au moins je vais voir Portishead ... ah non, il faut manger avant. Je perds du temps à cause de la boue, j’attends des plombes, je rate la moitié de Portishead. Dégouté. Et impossible de s’approcher, entre la foule compacte et la boue. Enfin, c’est bien quand même, mais une fois encore, frustration.

Metz je veux pas les rater. Petite scène, j’ai mon spot secret. Je kiffe. Le son est hyper fort, mais j’avais besoin de ça. C’est parfait.

Retour grande scène pour Liars. Je suis loin ... je suis trop crevé pour me battre pour aller devant. J’écoute de loin, un œil sur l’écran géant. C’est bien, mais ça serait tellement mieux plus près. Tant pis.

Je laisse tomber Moderat, je l’écouterai depuis la tente, je suis épuisé.

 

Samedi 16 août

C’est la folie au stand. Merci les nouvelles technologies qui font que les portables se déchargent en une heure, provoquant logiquement le besoin pour les 17000 festivaliers de passer au stand recharge 4 fois dans la journée.

Je rate Perfect Pussy. J’entends dire que leur concert était inaudible, le son trop fort, etc .... j’aurais probablement adoré.

Mac Demarco a commencé son concert, j’abandonne lâchement mes camarades pour aller le voir. Quand j’arrive j’entends Yellow (je crois) de Coldplay, en version mec bourré qui chante très fort dans la rue, et du coup je comprends pas immédiatement. Ah ok, alors en fait, Mac Demarco change une corde et le reste du groupe meuble. C’est magnifique. Le monsieur et ses amis me font penser à mes copains de l’IUT informatique de Limoges, des types un peu drôles qui ressemblent à rien et qui se foutent de tout. Bref le concert est marrant, les morceaux sont cool, ça me plait, ça me rappelle Pavement, dans l’attitude, par moment.

Baxter Dury, c’est pas trop mon truc, j’insiste pas, je vais m’écrouler sur un canapé du bar bénévole où je retrouve mes copains et des bières.

Puis là j’ai une soudaine envie de me retrouver au premier rang du concert de Toy qui jouent bientôt sur la petite scène. Donc là, il faut anticiper, j’y vais pendant Baxter Dury et je me retrouve collé à la barrière quand le concert commence. Fier de moi. Bon, ben j’aime pas trop, en fait. Ils ont beaucoup trop de cheveux. Et puis bon musicalement bof.

Bar bénévole, copains, bières.
Puis comme on s’amuse bien, on se contente d’écouter Temple de très loin. Ça a l’air sympa, mais pas assez motivant pour me sortir du canapé.

Ensuite, grosse motivation de toute la bande pour être au premières loges du concert de Cheveu. Les avis divergent à leur sujet : "ça va être terrible", "ouais j’ai entendu dire qu’en live, bof", "quoi mais t’es fou !". Bref Cheveu nous délivrent un concert de fous furieux, autant côté groupe que côté public, ça saute, ça danse, ça fait slammer des poubelles, ça passe de trucs noisy punk à de la grosse drum’n bass bien crado. Clairement le concert où je me suis le plus amusé. Un régal.

JPEG - 14.1 ko

Je ne verrai pas Jamie XX ni Todd Terje, je dois filer bosser dès la fin de Cheveu. Dommage.

Finalement je rejoins les amis une fois les concerts finis, pour l’after, puis bon, là, je me souviens plus très bien.

A l’année prochaine.

Partager :

publié par le 27/08/14