accueil > articles > zooms > VA

publié par Renaud de Foville le 14/08/19
Les Routes du Rock.
Les Routes du Rock.

1999- 2019

C’est évidemment le moment idéal pour faire un petit bilan de toutes ces années partagées avec le génial festival malouin. Sur les 21 éditions nous n’avons que raté celles de 2004 et de 2015. Alors en se replongeant dans les archives, les photos, les souvenirs, les comptes rendus, les anecdotes, les vidéos que nous avons is en ligne sur le Cargo ! nous avons essayé de ne garder qu’un seul concert par édition. Le plus marquant, le plus fort, le meilleur, le plus fou, le plus beau, la révélation ou la confirmation, cela dépend des années.

1999 : Tindersticks

Notre première fois avec le festival, dans le fort. Nous avons dormi en posant notre tente dans le parking, à coté de la voiture. Ne demandez pas pourquoi ? On ne sait vraiment plus. C’était une découverte et le début d’une longue histoire. Depuis nous avons vu trois fois les Tindertsicks lors de différentes éditions de la Route du Rock. Mais c’est la 1ere la plus marquante. Le groupe est toujours aussi classe, les chansons parfaites et la voix de Stuart Staples toujours aussi envoutante.

2000 : Death In Vegas

Une des éditions les plus folles, trois jours de fête non stop, des rencontres belles et fortes (nous revenons cette année à la Route du Rock avec une grande partie des amis rencontrés lors de cette édition !!) et si un concert de Death In Vegas absolument parfait, ENORME !

2001 : Lift To experience

C’était une année riche et forte. Mais surtout c’était l’année des trois texans de Lift To Experience. Des concerts dantesques, un son apocalyptique, une présence incroyable. Lift To Experience a été la découverte de 2001 et l’un des rares groupes que nous continuons d’écouter encore aujourd’hui régulièrement. Josh T. Pearson est devenu un habitué du festival, nos routes et nos vies se sont depuis croisées.

2002 : Programme

Une édition apocalyptique. Le soir de Programme, le groupe est décalé, pour finir la soir, tard dans la nuit. Il pleut depuis le matin. Cela s’amplifie, s’intensifie. Pas loin de se transformer en tempête, le festival fait son maximum pour ne pas annuler. Le fort est quasiment vide. Quelques centaines de personnes, sûrement moins de 1000. Tout le monde est trempé, les éclairs zèbrent le ciel. Arnaud et Damien investissent la scène, la rage au ventre. Pas seulement le concert de cette édition, mais l’un des plus grands concerts vus dans le fort de St Père. Fou. Beau. Puissant.

2003 : Yeah Yeah Yeah

Les éditions s’accumulent. Les souvenirs s’emmêlent. Parfois s’estompent, souvent se mélangent. Certaines éditions ou certains moments nous ont plus marqué que d’autres. Mais quoi qu’il en soit, es concert des Yeah Yeah Yeah fait partie de nos souvenirs. Des grands moments de folie et d’énergie sur scène, dans la foule, dans le fort.

2005 : Sonic Youth

Une affiche incroyable cette année là avec surtout The Cure qui fait le plein comme rarement nous avons vu cela dans le fort de St Père. Mais le concert en décevra plus d’un, au contraire de celui de Sonic Youth qui magistral fera chavirer le public du festival dans un grand moment de folie sonore. Les américains reviendront deux ans plus tard pour un nouveau concert presque parfait !

2007 : Electrelane

Encore une incroyable affiche pour cette nouvelle édition de la Route du Rock. Difficile de choisir, mais la classe des Electrelane enchainant des morceaux totalement imparables reste quand même l’un des grands souvenirs de cette Route.

2008 : Girls in Hawaii

Magistral. Nous les avions raté en 2004. Il était donc impensable de ne pas être dans les premiers rangs pour enfin voir les belges sur la grande scène du fort. Et personne n’a été déçu, un concert à l’image du groupe, beau, intense, généreux et incroyablement émouvant. Un grand moment.

2009 : My bloody Valentine

Les programmateurs ont quelques fantasmes, les festivaliers aussi. Il était peu dire que c’était un rêve de voir les My Bloody Valentine à la Route du Rock. Beaucoup de rumeurs, d’histoires, d’anecdotes se racontent sur ce concert, sur le groupe. On ne sait pas ce qui est vrai ou pas. Ce qui est sûr c’est que nous avons vécu un moment suspendu, totalement hors du temps, loin de tout, enveloppés dans une bulle sonore et sonique. MAGIQUE.

2010 : The National

Ils sont venus plus d’une fois sur la grande scène du fort. A chaque fois c’est avec une classe absolue que le groupe relève le défi haut la main.

2011 : Other Lives

Une affiche absolument incroyable au Palais du Grand Large. Josh T. Pearson pour un concert d’une beauté fatale, Chelsea Wolfe ensuite nous envoute totalement et au moment de partir pour rejoindre le fort, nous croisons Yann Tiersen et sa femme Gwen. Ils nous expliquent avec passion qu’il faut absolument voir les Other Lives. Nous retournons dans la salle, vivre l’un des plus beaux moments de cette nouvelle édition. Une découverte rare et précieuse, un grand groupe.

2012 : Colin Stetson

Pendant une ou deux éditions le festival a installé une toute petite scène derrière la régie de la grande scène. Malgré la configuration plus que casse gueule (nous y avons vu des groupes jouer devant quelques festivaliers seulement ou alors très vite ce sont les festivaliers quine voyaient plus rien), nous avons quand même vécu l’un des grands moments de cette édition. Colin Stetson est seul, malade qui plus est, sur scène. Fermez les yeux et vous entendez un groupe, des sons qui viennent de partout, c’est fou, c’est beau, c’est envoûtant, c’est émouvant. La Route du Rock nous permet des découvertes incroyables. Colin Stetson en est l’une des plus belles.

2013 : Nick Cave

Une tête d’affiche de festival ce n’est jamais la garantie d’un grand concert. The Cure avait donné un horrible concert, et My Bloody Valentine offert un moment de magie pure. Nick Cave sur la grande scène du fort était bien évidement un fantasme absolu pour les vieux festivaliers que nous sommes. Et dès les premières nous avons vu, nus avons compris, nous avons su. Nick Cave et les Bad Seeds, cela restera comme l’un des plus beaux concerts vu à la Route du Rock. Toutes éditions confondus.

2014 : Portishead

Encore une tête d’affiche comme meilleur concert. Facile pourront penser certains. Les Portishead ont joué en 1998 avec PJ. Harvey pour le festival. Notre première édition est celle de 1999. Cela faisait donc partie de nos rêves de voir le groupe de Bristol sur scène. Encore quelques instants avant leur concert Geoff Barrow et Adrian Utley sont dans la foule, une bière à la main, pour regarder les groupes qui passent avant eux. Deux heures plus tard, Portishead qui tourne avec son troisième album, nous laisse sans voix, presque incapable de reprendre notre souffle, les yeux plein de larmes.

2016 : Sleaford Mods

Nous les avions vu quelques semaines avant au TINALS, à Nîmes. Nous voulions la confirmation de ce que nous avions vécu. Le duo monte sur scène, un ordi, une chaise, quelques bières, un micro. Il ne faut pas plus pour offrir le meilleur concert du festival. Ha si quand même, il faut un Jason Williamson !!!

2017 : Future Islands

Le genre de groupe, de concert qui ne peut pas laisser indifférent. Pour certains c’est juste n’importe quoi, à la limite du ridicule. Pour nous cela a été un pur moment de folie, énorme, ubuesque, hypnotisant. Samuel T. Herring n’est pas seul, ils sont plusieurs en lui, il laisse selon l’instant, l’humeur du moment s’exprimer les différents lui qui cohabitent et c’est totalement fou à regarder, surtout le temps des trois premiers, juste au bord de la scène pour faire les photos.

2018 : Shame

Cela faisait partie des groupes que nous voulions absolument voir lors de cette édition il faut bien le dire au bout du compte un peu décevant musicalement. Et malgré quelques problèmes techniques le groupe emporte haut la main la plus grosse claque de cette dernière édition jusqu’à la prochaine.

Partager :

publié par le 14/08/19