accueil > articles > zooms > VA

publié par Renaud de Foville le 08/08/19
La Route du rock 2019
La Route du rock 2019

Pas une seconde, pas un instant en mettant les pieds pour la première fois dans le fort de St Père en 1999, je me suis dit que je serai encore là 20 ans plus tard.

Hors à deux ou trois près le Cargo ! a été de toutes les éditions de La Route du Rock. Nous avons connu la scène unique, le camping dans les douves, les différents changement d’organisation, l’arrivée de la seconde scène dans le fort, les concerts au Casino de St Malo, les pluies diluviennes (beaucoup plus rares que ne le veut la rumeur), les concerts inoubliables, les groupes anglais aussi vite oubliés, les annulations de dernières minutes, les remplacements flamboyants (Interpol), les artistes qui restent les trois jours du festival et qui en deviennent des festivaliers presque comme les autres (mention spéciale à Josh T. Pearson pour ce petit jeu), les groupes fétiches, les moments de folie sur scène, dans la fosse, au bar, dans le camping et même au parking ou au supermarché du coin, les amitiés qui se créent et qui durent aussi longtemps que notre histoire avec ce festival, les moments de magie, les coups de soleil et le froid et la fatigue de la fin de la nuit, les conversations qui ne se terminent qu’avec le lever du jour, les petits déjeuner à la gare ou au village à la pression dès 11h et jusqu’à l’heure de l’apéro, les artistes que l’on croise dans la foule, les parisiens souvent professionnels de la profession qui viennent profiter du dernier festival avant la rentrée, car à la différence de rock en Seine, il règne encore une atmosphère de détente, de vacances sur la Route du Rock, les engueulades interminables sur la programmation, sur tel ou tel artiste, sur un concert ou un autre, la mauvaise foi, les frissons sans fin face à un concert qui confirme tout ce que l’on pensait d’un artiste ou face à un inconnu qui nous laisse sans voix, les soirées vaporeuses sans trop de souvenirs, les accès backstage qui nous permettent de monter sur scène pendant un concert et de voir le festival de façons totalement unique, cette impression d’être en famille, accueilli avec toute la chaleur d’un festival à taille humaine avec une programmation PRESQUE comme à la maison, et c’est sur ce presque que l’on pourra s’engueuler toute la nuit à coup de tu te souviens de telle ou telle édition, c’était autre chose, les sourires, les amis, les regards, les rires, les fous rires, les courses, les attentes au bar, les pintes de pastis, les amis à aider, les amis qui vous aident, les après midis à la plage, le lavomatic, le concert apocalyptique dans tous les sens du terme de Programme dans un fort quasi vide malmené par un orage de fin du monde, le rhum arrangé et le ti’punch d’Hubert, les éditions où nous sommes plus de 15 amis et amis d’amis au camping, celles où nous sommes juste deux, les inconnus, les têtes connues, les connaissances, les amis et cette impression de faire partie d’une famille avec tout ce qu’il y a de beau, tout ce qu’il y a de casse pied, le rhum arrangé de l’ingéieur du son de la "petite scène", les conférences de presse, les sessions improvisées, les éditions où l’on se dit que c’est la dernière, celles où l’on se dit que la vie est un peu plus belle, un peu plus forte quand on vient à la Route du Rock.

Nous sommes là encore une fois cette année. Et impatients de rentrer dans le fort, impatient de boire la première bière, d’attendre le premier groupe, de passer la nuit entre les deux scènes, avec les amis, fidèles au poste.

En tout cas en cliquant ICIvous aurez la programmation de cette nouvelle oute du rock, et dès fin aout nos photos et nos petites histoires à partager pour cette nouvelle édition.

Partager :

publié par le 08/08/19