accueil > articles > albums > adam green

publié par terant le 29/01/05
adam green
- gemstones
gemstones

potaches

quelques semaines après le réussi album solo de kimya dawson, c’est au tour d’adam green de nous montrer à quel point il en est rendu dans sa carrière post-anti-folk. gemstones, son troisième album solo, succède au succulent friends of mine. adam green y revisitait la pop satinée américaine des années 60 avec brio : mélodies irrésistibles habillées de précieux arrangements. sur gemstones, le new yorkais délaisse un peu de tout. et il y perd un peu de charme. aux cordes raffinées, gemstones substitue des lignes de clavier easy listening. aux pop songs, adam green préfère des ballades potaches, à l’allure un peu grossière mais emplies de dérision. un côté je m’en foutiste qui évoque kevin ayers. chez les deux, la même capacité à assembler jolies petites perles et pierres mal taillées. on ne trouve pas ici seulement des gemstones.

alternance

sauf si l’on ne prend pas tout au premier degré. car adam green mène avant tout son disque comme un divertissement, fidèle à son personnage de trublion au sein des moldy peaches. l’humour avant la mélodie, l’habillage, le morceau. de ce point de vue, gemstones est une franche réussite. et un exercice rafraîchissant. green raconte ses histoires sur le ton le plus pince sans rire possible, les promène dans les décors les plus farfelus qu’il puisse, quitte à y sacrifier son bon goût. et l’alternance cheap / soigné, pompier / retenue ne lasse pas, divertit. ce à quoi il fallait arriver.

marbre

gemstones pousse un peu plus loin le bouchon donc, un ensemble easy listening qui risque d’en décontenancer plus d’un... restant de marbre face à l’humour du bonhomme. insensible à ce divertissement. ou peu intéressé par un disque au second degré. si friends of mine vous avait emballé, il y a néanmoins quelques chances pour que gemstones produise le même effet. ne négligeons pas les merveilles pop que recèle l’ouvrage : “country rod”, “emily”, “before the bedtime” ou “teddy boys”. même à ce petit jeu là, adam green reste un orfèvre de choix.

Partager :

publié par le 29/01/05
Informations

Sortie : 2005
Label : rough trade

Pour le même artiste