accueil > articles > albums > The Swell Season

publié par anne-hélène le 22/03/10
The Swell Season
- Strict Joy

Quelque part on se demande, pourquoi on n’a jamais pensé à parler de The Swell Season sur le cargo ! Il aura fallu que l’on voie, ce qu’ils projettent sur scène pour se dire qu’il serait grandement temps de leur faire une ovation… Parce que oui, ils le méritent et ce n’est pas (seulement) parce qu’ils ont eu un Oscar pour le titre ‘Falling Slowly’ du film Once.

Maintenant, parler de leur dernier album ‘Strict Joy’, sorti fin octobre 2009, après tout ce qu’on a vécut n’est pas forcément très évident. Cela dit, la découverte de ‘Strict Joy’, dont le titre ne réfère en rien à une des chansons mais à un recueil de James Stephens un poète irlandais, ne s’est pas non plus vraiment faite en écoutant l’album. Glen Hansard et Marketa Irglova avaient en effet en août 2009 déjà présenté 6 des 12 titres dans un ‘Tiny Desk Concert’, une émission de la radio américaine NPR.

Alors après, forcément, autant les versions du concert acoustique étaient fortes par leur simplicité et leurs émotions, autant les arrangements de ces mêmes chansons sur ‘Strict Joy’ sont déroutantes à la première écoute. Heureusement, on sait ce qu’il y a derrière un ‘Back Broke’, un ‘Fantasy Man’ ou un ‘In These Arms’ et il faut admettre qu’on préfèrera les écouter en acoustique plutôt que sur l’album, où tout est peut être un peu trop “propre“, trop calculé… Et les six autres titres ? on accrochera tout de même directement à des titres comme ‘The Verb’ et ‘Two Tongues’ qui combinent savamment l’énergie de Glen Hansard à la douceur de Marketa Irglova. Mais finalement on s’attardera plus volontiers sur le 2ème CD de l’édition limitée de ‘Strict Joy’, un concert de mai 2008 au Riverside Theater de Milwaukee.

Alors oui, tout revient encore une fois au live, mais après tout ce n’est pas étonnant. Glen Hansard a commencé par faire partager sa musique dans les rues de Dublin, un peu comme le fait son personnage dans Once. Quelque part il a gardé le besoin d’être proche de son public pour faire passer le message. Du coup lorsque à Hambourg ou à Paris il chante devant nous des chansons de ‘Strict Joy’ comme ‘The Rain’ ou ‘High Horses’ et qu’on en reste bouche bée comme si on ne les avait jamais entendues avant, on comprend que ‘Strict Joy’ est un album de studio a découvrir sur scène (si possible) et qu’il ne faut surtout pas s’arrêter aux arrangements “superflus“ pour profiter d’un moment de pur plaisir.

P.-S.

Cet article fait partie d’un dossier spécial consacré à The Swell Season.

Partager :

publié par anne-hélène le 22/03/10