accueil > articles > lives > Arnaud Michniak

publié par Sfar le 05/07/07
Arnaud Michniak
- Le Triptyque, Paris

Le sauveur de la soirée

Presque trois mois après le concert de Nancy marquant le grand retour d’Arnaud Michniak sur scène, nous voici au triptyque de Paris pour retrouver le toulousain accompagné de son guitariste R.

JPEG - 58.6 ko

C’est que les dates de la tournée du monsieur sont plutôt rares, même trop rares. Alors une prestation de Arnaud Michniak, pour ceux qui aiment, cela ne se rate pas. Le scénario prévu est le même que pour les concerts précédents : faire se succéder des moments de projections vidéos sur fond de jeu de guitares et samples puis des moments "concert" joués et slamés par Arnaud, les paroles répondant parfois aux propos des vidéos. Belle soirée en vue qui a bien failli tourner au drame : le lecteur DVD sur place ne lisant pas correctement les vidéos de Michniak ... une situation un peu fâcheuse vu que le concert repose en grande partie sur les vidéos extraites du DVD Appelle ça comme tu veux. Fort heureusement c’était sans compter sur le sauveur de la soirée. Alors que la cellule anti-terroriste de Los Angeles peut se vanter d’avoir Jack Bauer pour sauver la planète en 24 h, nous on a notre Renocargo national qui nous sauve une soirée Michniak en moins de 3 h grâce à son lecteur DVD personnel. D’ailleurs, des vingtaines de fans en émoi le remercient encore pour cet acte héroïque.

Des caméras partout...

La soirée débute par la musique folk électro experimentale de l’américain Bexar Bexar : un moment très doux et très agréable. Une ambiance à la Matt Elliott pour une prestation plus électro que folk. S’ensuit le set du groupe A Moi qui fut, m’a-t-on dit, excellent. Car je dois le confesser : j’ai séché ce passage de la soirée, trop occupée à faire enfin la rencontre de dame Vinciane en train d’affûter son appareil à faire de photos de stars pendant que d’autres préparaient du matériel filmant pour capturer le set de Michniak et de son guitariste Ronan. Enfin , enfin, E N F I N : Arnaud et Ronan prennent place sur la toute petite scène du Triptyque pour nous présenter un concert similaire à celui de Nancy. Des vidéos défilent, le flow de Arnaud se pose sur les accords de R.

JPEG - 53.1 ko

L’ambiance est vraiment étonnante dans cette salle, loin de tous les a priori concernant ce genre de soirée parisienne, généralement prétentieuse et froide. Il y a là une belle ambiance, très chaleureuse (un Arnaud tout sourire même si il semble un peu moins à l’aise qu’à Nancy), une grande attente, et l’impression de partager entre amis un moment privilégié. La prestation est, il faut bien l’avouer, un chouïa en dessous de celle de la capitale lorraine. Les conditions étant sans doute un peu moins bonnes : la qualité du son laisse à désirer, la scène trop petite ne met pas assez en valeur l’écran où défilent les vidéos. Arnaud a un peu de mal à bien caler son flow, il confessera même avoir raté quelques phrasés. Mais tout ceci n’est que chipotage parce que la musique est là, Ronan joue impeccablement, et puis il y a les textes de Michniak, plus personnels et dont les mots résonnent parfaitement avec les accords nerveux ou torturés des morceaux de Poing perdu. Et belles surprises : quelques morceaux sont interprétés différemment du concert de nancy, “Mille voix” et surtout “Mourir idiot” sont présentés dans des versions rock bien énervées. Voilà qui prouve que Michniak , malgré ses airs de grand garçon, ne s’est pas totalement assagi, qu’il garde en lui cette rage qui a fait l’âme de Programme.

JPEG - 71 ko

Un morceau inédit de l’album conclut le set, le texte vient du DVD Appel ça comme tu veux, il parle des tourments de l’enfance, de l’adolescence, il répond aux images qui sont projetées en fond de scène ; le moment est à la fois intense et émouvant. Le set se termine vite, trop vite ! Vraiment pour les prochains concerts il faudra veiller à rallonger tout cela, on reste un peu sur sa faim, on voudrait sauter sur scène, empoigner Arnaud Michniak le remettre à son micro et l’obliger à nous faire encore 2 ou 3 morceaux.

Quand Monsieur rencontre Madame

Fort heureusement Arnaud n’est pas comme certains à s’enfuir une fois le set terminé ! En déambulant dans la salle du Triptyque on a quelque chance de le croiser. Beaucoup accostent Arnaud et R. pour leur donner leurs premières impressions, pendant que d’autres, simples anonymes, sont interpellés par des « mais tu ne serais pas ... ??? » ...bon je vous passe mon instant de gloire éphémère ! Puis grâce à notre sauveur de la soirée, pour qui je voue désormais une reconnaissance éternelle, Arnaud michniak a pu rencontrer sa virtuelle et au combien sympathique moitié. S’ensuivirent des échanges de haute volée philosophique qui me permirent de constater que ce garçon est vraiment un être chaleureux, sympathique et étonnamment gentil. On a presque envie de dire « enlève ton masque imposteur ! Amenez moi le vrai Michniak, celui qui fait la gueule et se désintéresse de son public ». Michniak le méchant semble être une bien belle légende urbaine qui se véhicule de forum en topics depuis Diabologum et Programme.

Cette soirée fut un très beau moment, un grand plaisir de retrouver Arnaud présenter son set audacieux. Avec maintenant une envie folle de revoir encore une fois tout ceci, peut être lors des concerts prévus pour la rentrée prochaine. Et cette fois je l’espère dans une salle idéalement adaptée et un set un peu plus long !

Partager :

publié par Sfar le 05/07/07
Derniers commentaires
gab - le 05/07/07 à 16:33

excellent !!!

On avait entendu parler de la partie Mme Michniak mais l’héroisme de Reno avait été passé sous silence ! Quel homme !

Sfar - le 05/07/07 à 17:52
avatar

ben ouai
quand même il est temps que certaines vérités soient dévoilées :)
sérieusement si y avait pas eu les vidéos
c’était plus pareil ^^