accueil > articles > albums > Chicago May

publié par Mickaël Adamadorassy le 13/06/17
Chicago May
- Chicago May
Chicago May

Ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit un mail promo formulé comme une déclaration d’amour, un "je t’aime" [le Cargo] désarmant de simplicité... et désintéressé aussi, car notre amoureuse écrit "Si t’aimes pas, je t’aime quand même.". Comme on prend les choses du cœur très au sérieux par ici, on est allé écouter l’auteure de ces mots doux, une certaine Chicago May.

Ni l’une ni l’autre bien au contraire

Derrière ce pseudonyme emprunté à un personnage historique haut en couleurs , une voleuse et une arnaqueuse célèbre du début du XXème siècle, auto-proclamée reine des escrocs, se cache d’après la biographie officielle une "fille pop, une fille 33 tours, une fille 16mm". Deux images féminines pas franchement raccord entre elles mais séduisantes. Mais pour nous, si Chicago May, la fille qui chante et écrit cette musique est certainement très pop, son premier EP n’a ni le son d’un vieux vinyle ni l’esthétique d’un film polaroid expiré. Et tant mieux, la production très propre et moderne appuie le côté lumineux de la musique, les arrangements de Sylvain Texier habillent en délicatesse des compositions guitare-voix tout en douceur et aux mélodies bien senties, très bien servies par une jolie voix, qui a un peu de la femme-enfant (mon collègue Gab me suggère Vanessa Paradis, et il y a effectivement un peu de ça) mais ne joue pas à outrance la fragilité.

Ronron

Alors parfois c’est un peu trop, un peu trop propre dans la production qui manque un peu de personnalité, de singularité. Un peu trop pop, on aimerait que Chicago May aille chercher un peu plus la dissonance, la tension, plutôt que les notes qui ronronnent, la mélodie qui fait "pop". Et en même temps, elle a un réel talent pour les trouver ces notes là, pour vous installer tout en douceur dans un cocon bien douillet le temps d’une chanson.

Frapper les esprits

On a une petite réserve sur les textes, honnêtes ils sont, et en français ce n’est déjà pas si mal me direz-vous. Mais il y a un côté "générique" dans le choix des mots, il manque des images qui frappent, la façon de se raconter demande à être encore travaillée, un bon texte préserve le mystère mais en dévoile assez pour résonner chez les autres et se loger dans un coin de cerveau. Mon problème avec les quatre chansons de ce premier EP c’est qu’après pas mal d’écoutes, je suis toujours incapable de vous dire de quoi ça parle ou de vous en fredonner un bout.

Et en même temps les chansons me sont déjà familières et elles s’écoutent avec plaisir, pour un premier effort, c’est donc tout à fait honorable. Ce n’est peut être pas le coup de foudre mais le charme opère et on a envie de se revoir.

N.B. : Précisons que c’est inutile de nous envoyer d’autres "lettres d’amour promo", ce genre de choses ne peut fonctionner qu’une fois !

Partager :

publié par le 13/06/17